Navigation – Plan du site
Dossier

Georges Moustaki, « La Marseillaise » et l’air du Pirée

Georges Moustaki, « La Marseillaise » and the Air of the Piraeus
Pierre Sintès
p. 85-101

Résumés

Au cours de sa longue carrière, Georges Moustaki était réputé pour être grec, sans pour autant que cette affirmation ne soit vraiment questionnée. Pourtant, les contours de cette grécité supposée ne sont pas toujours évidents à identifier. Pour mesurer la réalité des relations entre Georges Moustaki et la Grèce, ce texte propose d’examiner la trajectoire familiale de l’artiste autant que son parcours de citoyen et d’artiste, mais aussi le contexte social et idéologique dans lequel sa carrière s’est réalisée et qui peut sembler être déterminant à plus d’un titre dans les différents discours d’identification qui l’ont entouré. Pour cela, le propos se fonde sur un corpus de chansons et d’interviews données par le chanteur ainsi que sur les quelques ouvrages consacrés à sa vie. Dans cet ensemble de sources, la Grèce apparaît souvent sous un jour paradoxal : tout à la fois terre des racines revendiquées, parfois explicitement, et lieu d’origines rêvées, imaginées, fantasmées, ou encore mobilisées en fonction de différents contextes de l’entretien à proprement parler et des périodes de la vie de l’artiste.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’enfance et les origines : grec ou pas grec ?
1950-1960 : un Grec par les autres
1967- 1974 : s’engager pour la Grèce
Identités multiples pour un chanteur-monde
Conclusion

Aperçu du début du texte

Ce texte vise à introduire une réflexion originale sur la relation entre Georges Moustaki, figure de la chanson française connue dans le monde entier, et la Grèce en tant que pays de ses origines supposées. Comme le chanteur le clamait lui-même dans les premières rimes de son titre phare « Le Métèque », Georges Moustaki était en effet réputé en France pour être grec, sans pour autant que cette affirmation ne soit jamais questionnée au regard de la trajectoire de l’artiste, ni de la réalité de sa vie ou de son ascendance. Pourtant, à y regarder de plus près, les contours de cette grécité (pré)supposée ne sont pas toujours évidents à identifier. Ce texte renvoie à une question ouverte – Georges Moustaki doit-il bien être considéré comme Grec ? – et à une affirmation implicite dont il serait peut-être autorisé de douter. Par ailleurs, en interrogeant sa relation avec l’« air du Pirée » bien connu, le titre de cet article suggère aussi que Georges Moustaki était un protagoniste situé da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Sintès, « Georges Moustaki, « La Marseillaise » et l’air du Pirée », Volume !, 12 : 1 | 2015, 85-101.

Référence électronique

Pierre Sintès, « Georges Moustaki, « La Marseillaise » et l’air du Pirée », Volume ! [En ligne], 12 : 1 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4610 ; DOI : 10.4000/volume.4610

Haut de page

Auteur

Pierre Sintès

Pierre Sintès est Maître de conférences en géographie à l’Université Aix-Marseille et chercheur à l’UMR 7303 TELEMME, CNRS-AMU. Spécialiste de la Grèce et des Balkans. Il est l’auteur, entre autres, de l’Atlas géopolitique des Balkans (Autrement, 2010) et de La raison du mouvement, territoires et réseaux de migrants albanais en Grèce (Karthala, 2010). Il a aussi participé à l’édition de Social Practices and Local Configurations in the Balkans (Université européenne de Tirana, 2013) et de Nommer et classer dans les Balkans (Ecole française d’Athènes, 2008).

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page