Navigation – Plan du site
Dossier

“Et viva Conchita !” Le stéréotype de la “bonne à tout faire” espagnole dans la chanson française (années 1960-1970)

The Stereotype of the Spanish ‘Maid of all Work’ in French Chanson (1960s-70s)
Bruno Tur
p. 71-83

Résumés

Les années 1960 ont été marquées, en France, par une immigration espagnole importante. Au sein de cette communauté, les femmes étaient nombreuses, attirées par des emplois dans le secteur domestique, à Paris particulièrement. Bon nombre d’entre elles ont trouvé une place de « bonne à tout faire » dans les familles aisées de la capitale. On voit alors apparaître un stéréotype porté par le personnage de la domestique Conchita. Il s’alimente d’un stéréotype littéraire préexistant, celui de la femme fatale andalouse, décrite au xixe siècle par les écrivains francophones, mais évolue dès le début des années 1960 vers un personnage enfantin et dépourvu de bon sens. Tout au long des années 1960 et 1970, plusieurs chansons mettent en scène ce personnage, qui a marqué l’imaginaire collectif français.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une focalisation sur la présence des femmes
Conchita, un personnage-stéréotype cité dans toutes les chansons
Qui est Conchita ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pendant les Trente Glorieuses, de nombreux Espagnols ont émigré vers les pays d’Europe du Nord, principalement en France, en Allemagne et en Suisse. Auparavant, au xxe siècle, les Espagnols avaient déjà émigré massivement vers l’Amérique latine ou vers des pays européens. En France, ils avaient été nombreux à venir dans l’entre-deux-guerres et en 1939, lors de l’exil républicain, en conséquence de la Guerre civile espagnole et de l’avancée finale des troupes franquistes en Catalogne. Cependant, en France, les Espagnols n’ont jamais été aussi nombreux que dans les années 1960 : au recensement de la population française de 1968, ils formaient ainsi la communauté étrangère la plus nombreuse, avec plus de 600 000 ressortissants (Lillo, 2004).

Cette migration qui débute à la fin des années 1950 présente une particularité : pour la première fois dans la longue histoire migratoire des Espagnols, des femmes partent seules. Elles sont généralement célibataires et jeunes, parfois mineures (la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Tur, « “Et viva Conchita !” Le stéréotype de la “bonne à tout faire” espagnole dans la chanson française (années 1960-1970) », Volume !, 12 : 1 | 2015, 71-83.

Référence électronique

Bruno Tur, « “Et viva Conchita !” Le stéréotype de la “bonne à tout faire” espagnole dans la chanson française (années 1960-1970) », Volume ! [En ligne], 12 : 1 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4628 ; DOI : 10.4000/volume.4628

Haut de page

Auteur

Bruno Tur

Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page