Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gilles Bonnet (dir.), La Chanson populittéraire. Texte, musique et performance

Michael Spanu
p. 175-176
Référence(s) :

Gilles Bonnet (dir.), La Chanson populittéraire. Texte, musique et performance, Paris, Kimé, 2013.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Gilles Bonnet se présente comme un assemblage d’une vingtaine de propositions visant à questionner le concept de « chanson à texte ». Cette entreprise est menée grâce à l’étude des relations qu’entretiennent les chansons et la littérature et ce, à travers des cas aussi variés que le « roman rock » anglo-saxon ou les dérangeantes et surréalistes Chansons de Roland de Topor. La diversité des objets traités est donc ce qui frappe d’emblée, incitant davantage une lecture vagabonde. Toutefois, l’architecture « cantologique » de ce volume ne manque pas d’originalité et fait honneur à cette discipline en devenir, celle-ci même qui devait rendre ses lettres de noblesse à un objet souvent considéré comme vulgaire par les universitaires.

2Il suffit d’ailleurs de se plonger dans l’introduction de Gilles Bonnet pour se convaincre de l’épaisseur d’un tel objet de recherche. La chanson, cet « art complexe de la simplicité », ce choc du quotidien qui rappelle l’infra-ordinaire d’un Perec, serait ce qui « nous abstrait de notre urgence » pour, parfois, peut-être même rien qu’une seule fois, nous permettre de mieux comprendre le monde. Ce paradoxe (devoir s’échapper du monde pour le saisir) se concentre dans les titres de chansons, ces « didascalies du perdu », faisant ainsi écho à leur caractère bien souvent nostalgique. Car il y a bien une dimension hors-norme (malgré les nombreuses contraintes techniques), voire hors-monde, dans ce chant musical qui déborde perpétuellement « de la parole et de son économie propre à la communication ».

3C’est donc une approche de la chanson en tant qu’œuvre à laquelle nous avons à faire, justifiant dès lors la posture de base de l’ouvrage : un refus inconditionnel du pléonasme « chanson à texte ». Mais loin de s’arrêter à ce simple constat, cette constellation de textes nous fait voyager avec élégance à travers nombre de lieux et d’époques, explorant les aspérités de l’objet-chanson. D’entrée, Florent Bréchet revient sur les liens ténus entre chansonniers et écrivains, à travers l’exemple de l’admiration mutuelle qu’entretenaient Chateaubriand et de Béranger, chacun trouvant chez l’autre une source d’identification et d’inspiration, et ce malgré la dimension très populaire du second. Plus loin, Lionel Verdier décrit l’étonnante fascination de Francis Poulenc pour les chansons populaires du Morvan, mais aussi pour les guinguettes de son enfance, qu’il perçoit comme « vulgaires » mais jamais « mauvaises ». Joël July met justement l’accent sur la capacité de la chanson à transcender le quotidien, la banalité, à « repousser les frontières du partage émotionnel » lors d’une performance en public. Les questions du savant et du populaire sont abordées de manière plus approfondie encore par Romain Benini, via un travail historique sur la construction de la différence entre poésie et chanson initiée au xvie siècle. L’auteur y montre que les paroles ont toujours été publiées (sous différents formats), conditionnant d’une certaine manière la réception des chansons, et justifiant ainsi la nécessité d’une analyse formelle de ces textes.

4Par une mise en abîme de l’œuvre d’Annie Ernaux, Marielle Macé approfondit la notion de « bouleversant ennui » évoquée par Peter Szendy. En effet, c’est par ce sentiment que la chanson se saisit « des appartenances dont nous sommes tous faits », mettant en scène des personnages souvent en « porte-à-faux ». Damien Dauge, à l’inverse, évoque la réticence de Flaubert à mettre son œuvre en musique, se réclamant d’un art se suffisant à lui-même, et dont la mise en musique constituerait une « prostitution ». Et ce serait justement l’excès de musicalité d’un texte qui entraverait sa mise en musique.

5En fait, il semblerait plutôt que chaque œuvre dispose d’une même potentialité musicale, le texte en fournissant des indices sans pour autant déterminer la bonne manière de l’adapter. Un détour par le slam, offert par Camille Vorger, nous invite à repenser cet « art du verbe libre », qui entretient des relations complexes avec la chanson (concision, densité) et la poésie. Pour sa part, Catherine Rudent, dans un effort pragmatique bienvenue, envisage la rime comme caractéristique prégnante pour définir le genre « chanson », du fait de ses qualités esthétiques (recherche lexicale, formules fantaisistes), mais aussi de son interpénétration avec la voix et l’accompagnement. Loin de simplement perpétuer les canons de l’art lyrique, la rime peut participer d’un « anti-lyrisme », notamment lorsque qu’elle force l’artiste à faire usage du son particulier de sa voix. Jean-Pierre Zubiate, quant à lui, relate les conditions d’émergence de chansonniers à caractère poétique, leur rapport à la technique d’enregistrement et à l’industrie du disque.

6Si la place nous fait défaut ici, nous encourageons le lecteur à piocher dans cet ouvrage qui se termine sur une fascinante interview de Dominique A, dans laquelle il exprime – assez ironiquement – sa méfiance envers un excès d’intellectualisme de la chanson, préférant insister sur son aspect urgent, ainsi que sur les « petites illuminations » de l’espace sonore qu’elle permet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Spanu, « Gilles Bonnet (dir.), La Chanson populittéraire. Texte, musique et performance », Volume !, 12 : 1 | 2015, 175-176.

Référence électronique

Michael Spanu, « Gilles Bonnet (dir.), La Chanson populittéraire. Texte, musique et performance », Volume ! [En ligne], 12 : 1 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4674

Haut de page

Auteur

Michael Spanu

Michael Spanu est doctorant en sociologie au 2L2S (Université de Lorraine). Ses travaux portent sur les usages des différentes langues chantées dans les musiques populaires en France. Il a travaillé sur une partie de la scène indie parisienne, sur la scène occitane, ainsi que sur le metal français. Il fait éga- lement partie du comité de rédaction de Volume !

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page