Navigation – Plan du site
Que peut la musicologie ?

Hey Maths ! Modèles formels et computationnels au service des Beatles

Hey Maths! Formal and Computational Models in the Service of the Beatles
Moreno Andreatta, Mattia G. Bergomi et Franco Fabbri
p. 161-179

Résumés

Cet article livre quelques réflexions sur les modèles formels et computationnels dans et pour les musiques populaires tout en mettant l’accent sur les chansons des Beatles. Après une présentation rapide des approches systématiques dans l’analyse de la forme, mais aussi des outils théoriques à la base de la représentation géométrique des structures et des processus musicaux (Tonnetz, constructions issues de la tradition analytique néo-riemannienne), les auteurs évoquent les questions que soulève l’analyse d’une collection de chansons des Beatles dès lors qu’on les envisage d’un point de vue formel et computationnel. En effet, si la forme et la structure des chansons des Beatles peuvent être étudiées sans recourir à des outils mathématiques, la modélisation informatique du processus de segmentation d’une pièce de musique, ainsi que les techniques issues du Music Information Retrieval, permettent d’approcher ces chansons d’un point de vue computationnel tout en posant la question de leur singularité par rapport à d’autres musiques elles aussi qualifiées de « populaires ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Un outil conceptuel pour l’analyse musicale : le Tonnetz
Outils informatiques pour l’analyse des chansons des Beatles
Conclusions et perspectives

Aperçu du début du texte

La musique des Beatles représente un cas intéressant non seulement pour le musicologue computationnel, mais encore, plus généralement, pour l’analyste s’intéressant aux articulations entre musique savante et musique populaire. En effet, longtemps avant de devenir un objet d’étude pour les chercheurs travaillant dans ce qu’on appelle traditionnellement la Music Information Retrieval, cette musique a fasciné les compositeurs issus de la tradition savante. Il suffit, pour s’en convaincre, de songer aux arrangements pour voix soliste et ensemble (jusqu’à neuf instruments) de Louis Andriessen et Luciano Berio ou aux transcriptions pour guitare de quatre chansons des Beatles par Tōru Takemitsu. Comme l’a récemment montré un colloque organisé sous l’égide de la Société Française d’Analyse Musicale, on pourrait même ajouter à ces quelques exemples les nombreuses autres formes d’articulation entre démarche savante et pratiques compositionnelles caractéristiques du répertoire populaire (dont...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moreno Andreatta, Mattia G. Bergomi et Franco Fabbri, « Hey Maths ! Modèles formels et computationnels au service des Beatles », Volume !, 12 : 2 | 2016, 161-179.

Référence électronique

Moreno Andreatta, Mattia G. Bergomi et Franco Fabbri, « Hey Maths ! Modèles formels et computationnels au service des Beatles », Volume ! [En ligne], 12 : 2 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 30 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/4723 ; DOI : 10.4000/volume.4723

Haut de page

Auteurs

Moreno Andreatta

Moreno Andreatta est chercheur CNRS à l’Ircam, où il coordonne, depuis 2001, les activités de recherche sur les rapports entre mathématiques et musique.

Mattia G. Bergomi

Mattia G. Bergomi est actuellement doctorant à l’IRCAM, où il prépare une thèse sur la mise au point d’outils dynamiques et topologiques pour l’analyse musicale sous la direction de Goffredo Haus et de Moreno Andreatta (cotutelle Laboratoire d’Informatique Musicale de Milan-Université Pierre-et-Marie-Curie).

Franco Fabbri

Franco Fabbri enseigne les musiques populaires et les sound studies à l’Université de Milan et au Conservatoire de Parme (Italie). Ses travaux portent sur l’histoire des musiques populaires, sur les cultures musicales et sur la notion de genre musical, qu’il a envisagée sous l’angle de son conditionnement par les médias et la technologie. Parmi ses nombreuses publications, on peut mentionner Il suono in cui viviamo (Feltrinelli, 1996, 3e édition, il Saggiatore, 2008), Around the Clock. Una breve storia della popular music (Utet, 2008) et, plus récemment, Made in Italy : Studies in Popular Music (édité avec Goffredo Plastino, Routledge, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page