Navigation – Plan du site
Sgt. Pepper : paroles et musique

« Tangerine trees and marmalade skies » : bouleversement culturel ou simple besoin d’évasion ?

“Tangerine Trees and Marmalade skies”: Cultural Agendas or Optimistic Escapism
Sheila Whiteley
Traduction de Olivier Julien
p. 109-126

Résumés

Cet article examine les paroles de l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band en cherchant à comprendre si elles traduisent un désir de fuir la réalité ou si elles expriment au contraire l’idée qu’une page est en train de se tourner, ouvrant ainsi la voie à la contre-culture britannique.

Haut de page

Dédicace

Nommée Professeur émérite de l’Université de Salford en 2010, Sheila Whiteley (1941-2015) a occupé la première chaire de Popular Music britannique créée en 1999 dans cette même université. Véritable pionnière dans l’étude des musiques populaires, auteur de plusieurs livres et d’une trentaine d’articles scientifiques sur le sujet, elle était une spécialiste mondialement reconnue des questions de genre, du psychédélisme et de ce que l’on appelle, dans la sphère anglophone, les Beatles studies. Nous publions ici la traduction française d’un texte de 2008 dans lequel elle revenait, 16 ans après The Space Between the Notes, sur sa première analyse de l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band. (NdT)

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Avec le temps, il a peut-être été supplanté par Revolver en tant que « meilleur album des Beatles », mais pour celles et ceux d’entre nous qui ont vécu cette époque, il ne fait aucun doute que Sgt. Pepper était le disque qui résumait notre état d’esprit. Paru au beau milieu du « Summer of Love », il représentait, selon Allen Ginsberg, « une exclamation de joie, une découverte de la joie et de ce que cela signifiait d’être en vie » (Sheppard, 1987). Malgré le meurtre de Che Guevara, en dépit des émeutes raciales à Detroit et de la révolte qui grondait dans les universités américaines et britanniques, il portait « un regard enjoué sur le monde – je dirais même que c’était la première fois qu’une telle chose se produisait à une si grande échelle » (Shepphard, 1987). Sgt. Pepper semblait corroborer l’idée selon laquelle les choses étaient en train de « s’améliorer » [« getting better »]. Des « trous » [« holes »] étaient réparés [« fixed »], l’amour serait toujours là à 64 ans, et le gr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sheila Whiteley, « « Tangerine trees and marmalade skies » : bouleversement culturel ou simple besoin d’évasion ? », Volume !, 12 : 2 | 2016, 109-126.

Référence électronique

Sheila Whiteley, « « Tangerine trees and marmalade skies » : bouleversement culturel ou simple besoin d’évasion ? », Volume ! [En ligne], 12 : 2 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4763 ; DOI : 10.4000/volume.4763

Haut de page

Auteur

Sheila Whiteley

Nommée Professeur à l’Université de Salford (Greater Manchester) en 1999, Sheila Whiteley a occupé la première chaire de Popular Music jamais créée dans une université britannique. Secrétaire général de l’IASPM (The International Association for the Study of Popular Music) de 1999 à 2001, responsable des publications de cette même association de 2002 à 2005, elle a publié The Space Between the Notes : Rock and the Counter-Culture (Routledge, 1992), Sexing the Groove : Popular Music and Gender (Routledge, 1998), Women and Popular Music : Sexuality, Identity and Subjectivity (Routledge, 2000), Too Much Too Young : Popular Music, Age and Gender (Routledge, 2005) et Christmas, Ideology and Popular Culture (Edinburgh University Press, 2008), sans oublier Music, Space and Place : Popular Music and Cultural Identity (Ashgate, 2004), Queering the Popular Pitch (Routledge, 2006) et Countercultures and Popular Music (Ashgate, 2014 – version anglaise des deux numéros “contre-culture” de Volume !), qu’elle a codirigés avec Andy Bennett, Stan Hawkins, Jennifer Rycenga et Jedediah Sklower.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page