Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Nick Crossley, Networks of Sound, Style and Subversion: the Punk and Post-punk Worlds of Manchester, London and Sheffield, 1975-1980

Loïc Riom
p. 223-225
Référence(s) :

Nick Crossley, Networks of Sound, Style and Subversion : the Punk and Post-punk Worlds of Manchester, London, Liverpool and Sheffield, 1975-1980, Manchester, Manchester University Press, 2015, 268 p.

Texte intégral

1Nick Crossley est professeur de sociologie à l’Université de Manchester. Depuis plusieurs années, il publie des recherches sur la musique et plus particulièrement le punk et le post-punk (voir notamment Crossley 2008a; 2008b; 2009 et Crossley et al. 2014). Networks of Sound, Style and Subversion reprend en partie ces travaux en s’intéressant à l’émergence du punk à Londres, sa diffusion dans le reste de l’Angleterre et son évolution entre 1975 et 1980 en ce qui fut appelé post-punk. L’auteur part du constat que si de nombreuses théories ont été proposées pour expliquer l’émergence du punk, aucune ne répond vraiment à la question de pourquoi il est apparu à Londres et pas ailleurs. Pour y répondre, Crossley mobilise les techniques de l’analyse de réseaux avec comme objectif de décrire quelles sont les caractéristiques des réseaux dans lesquels le punk est né, puis s’est transformé. Néanmoins, si le livre s’appuie en partie sur des mesures quantitatives caractéristiques de l’analyse de réseaux (centralité, densité, etc.), Crossley adopte également un approche relationnelle et alimente son analyse d’extraits d’archive qui permettent de comprendre la nature des relations entretenues par les différents acteurs. Ainsi, il évite ce qui peut parfois être un défaut de l’analyse de réseau : une tendance à homogénéiser les relations sociales.

2Le livre commence donc par l’apparition du punk à Londres autour de figures comme Johnny Rotten ou Malcom McLaren, puis s’intéresse à son arrivée et son évolution dans trois villes du Nord de l’Angleterre : Liverpool, Manchester et Sheffield. Au cours de cette description, Crossley met en avant tour à tour les points clés de son analyse. Pour commencer, il souligne les différents éléments qui participent à la formation des réseaux, et notamment le rôle clé que jouent certains lieux – parfois éphémères – comme points de convergence pour des individus intéressés à produire une nouvelle forme de musique. L’auteur insiste, ensuite, sur la nécessité, pour que ces réseaux donnent lieu à une dynamique collective, qu’il ait, non seulement, assez d’acteurs impliqués, mais également qu’ils s’investissent et interagissent suffisamment. Ces interactions donnent naissance à ce que Crossley qualifie d’effervescence collective, c’est-à-dire une situation dans laquelle les individus s’influencent et se stimulent collectivement à travers, par exemple, de relations de coopération ou de rivalité (p. 80-81). Enfin, il relève l’importance du personnel renfort (managers, ingénieurs, disquaires, etc.), à la fois pour les ressources qu’ils apportent aux artistes et pour leurs rôles de connecteur entre les artistes et de gatekeeper qui influence la forme que prend la musique.

3Toutefois, le livre présente deux faiblesses. Premièrement, il reste très focalisé sur les relations sociales et sur la production et la diffusion de la musique. Par conséquent, malgré quelques ouvertures à certains moments du livre, notamment sur les liens entre Londres et New York et sur l’influence des situationnistes sur les premiers punks, Crossley traite peu de la question de la réception. A mon avis, l’analyse serait renforcée par un plus grand intérêt pour d’autres formes d’expériences que les relations sociales et qui forgent – pour reprendre l’expression de Martuccelli (2006) – également les musiciens. Ceci permettrait aussi de dépasser la seule explication de concentration d’individu pour expliquer pourquoi les villes sont le berceau de nombreux courants artistiques. Deuxièmement, bien qu’à plusieurs reprises l’auteur fasse le constat que les acteurs n’avaient pas une conscience globale de ce qui se passait (par exemple p. 87-88), le livre a parfois une tendance à essentialiser le punk comme ayant un sens en soi et d’ainsi, réduire sa multiplicité et son hétérogénéité liée à son caractère décentralisé.

4Malgré tout, le livre de Nick Crossley est un ouvrage précieux pour comprendre le punk et plus généralement les genres musicaux. A travers le concept de music world inspiré directement de celui de monde de l’art (Becker 1988), il offre une description très fine et détaillée qui permet de comprendre les dynamiques microsociales à l’origine du punk. De plus, l’auteur introduit l’analyse du réseau comme un outil puissant pour comprendre et décrire les dynamiques autour de la musique. Mais surtout, le principal mérite de ce livre est, même si Crossley ne le fait pas de manière explicite, d’abandonner la question de pourquoi le punk a émergé pour expliquer comment il l’a fait. En cela, Networks of Sound, Style and Subversion fournit un très bon exemple du chemin à suivre.

Haut de page

Bibliographie

Becker Howard S. (2010), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 380 p.

Crossley Nick (2008a), « Pretty Connected : The Social Network of the Early UK Punk Movement », Theory, Culture & Society, n° 25, p. 89–116.

Crossley Nick (2008b), « Small-world networks, complex systems and sociology», Sociology, n° 42, p. 261–277.

Crossley Nick (2009), « The man whose web expanded: Network dynamics in Manchester’s post/punk music scene 1976–1980 », Poetics, n° 37, p. 24–49.

Crossley Nick, McAndrew Siobhan & Widdop Paul (2014), Social Networks and Music Worlds, Oxon et New York, Routledge, 252 p.

Martuccelli Danilo (2006), Forgé par l’épreuve: l’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 478 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Riom, « Nick Crossley, Networks of Sound, Style and Subversion: the Punk and Post-punk Worlds of Manchester, London and Sheffield, 1975-1980 », Volume !, 12 : 2 | 2016, 223-225.

Référence électronique

Loïc Riom, « Nick Crossley, Networks of Sound, Style and Subversion: the Punk and Post-punk Worlds of Manchester, London and Sheffield, 1975-1980 », Volume ! [En ligne], 12 : 2 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4795

Haut de page

Auteur

Loïc Riom

Loïc Riom est membre du Département de sociologie de l’Université de Genève. Ses domaines d’intérêt sont la ville et la culture. Actuellement, il travaille sur la circulation des genres musicaux, les pratiques des spectateurs d’une salle de musique classique, l’utilisation de l’espace public par les personnes âgées et prépare une thèse qui portera sur la place de la culture dans la construction de la ville.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page