Navigation – Plan du site
Colloques

Séminaire doctoral de l’Équipe d’Accueil Arts : pratiques et poétiques (EA 3208), université de Rennes 2

Vendredi 25 mars, 9h-16h30 – « Release Party » Volume !

Présentation

Quatre journées annuelles offrent aux doctorants ou jeunes docteurs de l’équipe d’accueil Arts : pratiques et poétiques la possibilité de présenter l’état de leur recherche à l’ensemble des autres doctorants ainsi qu’aux étudiants de Master 2 en arts. Chaque journée est organisée autour d’un sujet, d’une approche, d’une thématique ou d’une problématique commune aux quatre interventions assurées par des doctorants issus des différentes disciplines représentées au sein de l’équipe d’accueil. Chaque intervention, de 30 à 45 minutes, est soumise à une discussion animée par les deux enseignants-chercheurs chargés de la coordination.

Dans la perspective du projet d’UMR CréaX visant à fusionner les équipes d’accueil « Arts : pratiques et poétiques » (APP, EA 3208), « Centre d’études de littératures et langues anciennes et modernes » (CELLAM, EA 3206) et « Histoire et critique des arts » (HCA, EA 1279), le séminaire est ouvert aux doctorants et jeunes chercheurs des trois équipes.

L’art du rock, le rock et les arts

Coordonné par Nicolas Thély (PR, Arts, Esthétique et humanités numériques)
et Emmanuel Parent (MCF Musique). Salle de séminaire espace recherche ALC

Longtemps marginal au sein du monde académique français, la musique rock semble aujourd’hui devenue un objet d’étude fécond et légitime. D’abord apprivoisé par les sciences sociales, (sociologie, histoire, civilisation), le rock est désormais également saisi par la musicologie, l’esthétique, et les arts plastiques. De la variété des objets d’étude (single, album, groupe, star, vidéo-clip) aux méthodes d’analyse esthétique en passant par la pluralité des modes d’expérience (écoute, exposition, concert, muséification), le rock en tant que phénomène de masse se pense comme une forme d’art, un potentiel vecteur d’avant-garde au sein même des industries culturelles, qui fait sens au-delà de la musique. En écho au festival Transversales (du 15 au 18 mars 2016) qui interroge les relations entre le rock et la littérature, et plus largement les arts (cinéma, bande-dessinée, photographie), cette journée doctorale sera l’occasion de réfléchir à ce qui dans le rock, entendu au sens large, interroge les frontières de la musique et de la musicologie.

Programme

9h : Accueil et introduction par Emmanuel Parent et Nicolas Thély

9h30 : Pauline Cornic (APP, Musique) « Le spleen, le rock et le blues chez Janis Joplin »

Sujet de thèse : L’esthétique blues comme fondement de la musique afro-américaine et de son héritage : le cas de l’interprétation vocale à partir de Bessie Smith, Billie Holiday et Janis Joplin (direction : Emmanuel Parent)

La musique de Janis Joplin (1943-1970), par la jonction entre rock et blues qui s’y opère, peut-elle apparaître comme l’expression d’une forme de spleen, accentué qui plus est par la mythologie construite autour de la vie de l’artiste ? Cette communication se propose d’explorer la signification musicale du spleen, en analysant le personnage-chanteur de Joplin dans l’ensemble de son œuvre enregistrée, avant de se concentrer plus précisément sur l’analyse de Kozmic blues (1969), au travers de la question de l’interprétation vocale.

10h15 : Denis Perreaux (APP, Musique) « L’analyse musicale, une pratique évoluant avec son art : le cas du math-rock »

Sujet de thèse : Pour une méthodologie des musiques amplifiées : inventaire, analyse, classification (direction : Antoine Bonnet)

Les vingt dernières années ont vu une prolifération d’ouvrages s’attelant à l’analyse du rock et des musiques amplifiées en général, adaptant des méthodes préexistantes, venues des pratiques savantes et de l’ethnomusicologie, ou développant de nouvelles méthodes s’appuyant d’une part sur les nouvelles technologies (AMAO) mais également sur une pluridisciplinarité permettant de mieux cerner ce corpus. La pratique de l’analyse musicologique s’harmonise avec la spécificité de l’objet qu’elle prétend cerner, cette adaptation reflétant l’admission progressive des musiques populaires en tant qu’objet d’étude légitime au sein du monde académique. Nous développerons cette réflexion à travers l’exemple de l’analyse d’œuvres de math-rock, genre apparu dans les années 1990 à la suite de l’effervescence des expérimentations du rock progressif dans les années 1970. Nous observerons comment ces méthodes nous permettent de mieux appréhender ce genre et de servir à une classification stylistique.

11h15 : Pause

11h30 : Xavier Lelièvre (Master 2, Musique) « Daniel Johnston : la singularité d’un univers graphique, entre musicalité et extra-musicalité »

Daniel Johnston, musicien et plasticien américain, est représentatif d’une conception ainsi que d’une pratique de l’art prônant la transversalité, au nom d’une unité ainsi que d’une cohérence des plus absolue dans son œuvre. Si ses premiers succès, à la moitié de la décennie 1980, sont dus à sa musique, il est aujourd’hui une figure importante du monde de l’art, s’exprimant à travers de très nombreux dessins et quelques peintures, une œuvre consacrée par des expositions à travers le monde. Afin d’appréhender cette facette de son travail et comprendre les liens étroits avec son répertoire de musicien, nous reviendrons sur les personnages majeurs de sa mythologie personnelle, pour interroger ensuite l’esthétique même de l’artiste.

12h15 : Guillaume Borde (APP-Arts Plastiques) « Dimensions spatiales du son : entre art et rock et esthétique de l’immersion »

Sujet de thèse : Dynamique plastique du son : une esthétique de l’immersion. (Direction : Christophe Viart)

Une mutation récente et décisive pour la pensée relative au son est l’attention portée à sa dimension spatiale et au fait que cette dernière se construit dans un système de relations dynamiques avec son environnement. Cet intérêt pour la dimension spatiale du son est par ailleurs explicitement intégré aux réflexions menées en art au sens large (architecture, musique, cinéma et vidéo, sculpture, performance, installation, théâtre) autant qu’aux recherches en physique, neurosciences, technologies, urbanisme… En observant en détail la pluralité des expérimentations plastiques contemporaine du sonore, cette recherche doctorale vise à problématiser l’élargissement esthétique de la conception du son en le considérant à la fois comme forme de l’espace et du temps.

L’intervention proposée ici consiste à envisager les liens nouveaux que ce changement de paradigme permet de tisser entre différents types de pratiques artistiques associées au sonore dans le contexte spécifique que constitue l’exposition. Il s’agira de partir d’un cas concret : No(t) Music, au fort du Bruissin en 2009, exposition qui témoigne (entres autres) de manière significative de la pluralité et de la vivacité des liens qui unissent aujourd’hui art et Rock’n’roll.

Après-midi

14h30-15h30 : Too Young to Be a Hippy, Too Old to Be a Punk1

  • 1 D’après le titre d’un entretien de Mike Kelley et John Miller paru en 1994 dans Be Magazin, Künstle (...)

Ecoute et projection d’œuvres musicales et plastiques nécessairement mélancoliques et énervées.

15h30-16h30 : Release Party du Volume ! « Special Beatles Studies »

Présentation par Grégoire Tosser et Emmanuel Parent du dernier numéro de Volume ! la revue des musiques populaires, « Spécial Beatles Studies », dirigé par Olivier Julien (Université Paris-Sorbonne) et Grégoire Tosser (Université Évry-Val-d’Essonne), en librairie le 24 mars 2015.

Notes

1 D’après le titre d’un entretien de Mike Kelley et John Miller paru en 1994 dans Be Magazin, Künstlerhaus Bethanien, Berlin, vol.1, n°1, pp.119-123.

Haut de page