Navigation – Plan du site
Groupes et trajectoires

Bérurier Noir. Sociogenèse culturelle et itinéraire personnel

Bérurier Noir. Cultural Sociogenesis and Personal Career-Path
François Guillemot
p. 61-85

Résumés

A travers un exercice périlleux d’égo-histoire, cette contribution sur le groupe Bérurier Noir s’attache à présenter des aspects culturels et politiques de la genèse du groupe alternatif des années 1980. L’auteur a privilégié une perspective culturelle qui permet de mieux comprendre les sources d’inspiration des chansons et des thématiques portées par ce groupe musical entre 1983 et 1989. Au fil de quatre temps forts, les lecteurs sont plongés dans un tourbillon d’actions débutant au lycée Paul Valéry (Paris 12e), se poursuivant dans la rue sur le Parvis Beaubourg, les squatts et l’Usine Pali-Kao, pour investir le Zénith de Paris en mars 1988, le Québec et finalement l’Olympia les 9, 10 et 11 novembre 1989 alors que le mur de Berlin tombe. Sur le plan culturel, l’imaginaire élaboré par Bérurier Noir au fil de son existence est dévoilé : du cinéma d’avant-garde japonais aux films politiques européens, de la bande à Baader-Meinhof à l’association Actes Energie Perdue, de la boutique Harry Cover (aux Halles) aux dojos de Karaté, du « No future » au « Yes future », du noir & blanc à la couleur. En outre, l’Asie apparaît comme le fil conducteur invisible d’une expérience plus personnelle. Cette contribution peut se concevoir comme un essai d’interprétation d’une histoire culturelle en construction.

Haut de page

Dédicace

À Raphaële A.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’apprentissage du nihilisme (1974-1979)
Dissidences occidentales en noir et blanc (1980-1984)
Le cirque mondial de la guerre : théâtre d’ombres en couleurs (1985-1987)
De Saigon à Tien An Men : le sang rouge des illusions (1988-1989)
Épilogue

Aperçu du début du texte

« Je me méfie de tous les faiseurs de système
et m’écarte de leur chemin.
L’esprit de système est un manque de probité »
(Nietzsche, Le crépuscule des idoles, Maximes et traits 26, 1888)

« Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre »
(Camus, L’envers et l’endroit, 1958)

D’entrée de jeu, je mesure parfaitement l’aspect étrange de l’exercice d’ego-histoire ou d’auto-socioanalyse auquel je vais me livrer dans cet article. C’est au départ à la demande de Christopher E. Goscha, éminent historien du Viêt Nam contemporain, que j’ai accepté de m’y prêter lors d’une conférence organisée par le Centre d’histoire des régulations sociales de l’université de Québec à Montréal le 30 octobre 2013. En effet, il m’était demandé d’évoquer mon parcours de jeunesse, disons globalement, entre vingt et vingt-six ans, lorsque j’officiais dans une formation musicale qui connut son heure de gloire à la fin des années 1980. J’ai depuis toujours considéré, et je le pense encore, que cette aventure co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Guillemot, « Bérurier Noir. Sociogenèse culturelle et itinéraire personnel », Volume !, 13 : 1 | 2016, 61-85.

Référence électronique

François Guillemot, « Bérurier Noir. Sociogenèse culturelle et itinéraire personnel », Volume ! [En ligne], 13 : 1 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/4928 ; DOI : 10.4000/volume.4928

Haut de page

Auteur

François Guillemot

François Guillemot est historien, ingénieur de recherche au CNRS, en charge de la documentation sur le Viêt Nam à l’Institut d’Asie orientale (IAO, CNRS), École normale supérieure de Lyon. Auteur de Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955 (Paris, Les Indes savantes, 2012) ; Des Vietnamiennes dans la guerre civile, 1945-1975. L’autre moitié de la guerre (Les Indes savantes, 2014). Il a codirigé avec Agathe Larcher-Goscha l’ouvrage collectif La colonisation des corps. De l’Indochine au Viet Nam (Paris, Vendémiaire, 2014). Il mène des recherches sur la guerre civile vietnamienne, les mouvements nationalistes et les bataillons féminins des Jeunesses de choc (Thanh Niên Xung Phong) pendant la guerre du Viêt Nam. Il est co-responsable avec Laurent Gédéon du projet de cartographie interactive « Virtual Saigon », responsable de la plate-forme « Viêt-Nam Laos Cambodge. Sources et aides à la recherche » et de deux carnets de recherche : « Femmes et guerres au Viêt-Nam » et « Mémoires d’Indochine ».

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page