Navigation – Plan du site
Pas de futur mais un corps

Le corps punk, de la transgression à l’innovation (1976-2016)

The Punk Body, From Transgression to Innovation (1976-2016)
Philippe Liotard
p. 123-139

Résumés

L’émergence de la musique punk dans les années 1970 est associée à un style de vie, une manière de paraître et d’agir, en d’autres termes à une culture. Pour la saisir, l’entrée retenue consiste à interroger le corps punk et la dimensions transgressive qui lui est associée. La stylistique punk génère dans un premier temps de la stupeur et de l’inquiétude. De même, le corps punk est un corps stigmatisé et qui semble s’autodétruire sous l’effet des drogues ou de l’alcool. Pourtant, la corporéité punk ne se réduit ni à l’imitation d’une apparence stéréotypée (crète, perfecto, jean) ni à la destruction de soi. Le décalage entre le look « ordinaire » des musiciens et celui, travaillé, de certain.e.s dans le public fait apparaître une inventivité dans les manières d’être. Cette inventivité a perduré en se déplaçant vers de nouvelles manières de se mettre en scène, en réinventant le tatouage, le piercing, puis, progressivement d’autres techniques innovantes de modification de l’apparence rassemblées sous l’appellation de bodmods.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Faire une histoire du corps punk
Le moment punk : rupture en forme de transgression
Fuck you style : Innovation vestimentaire et expression réfractaire
La crête : un art de faire
Le corps sali
La diffusion de la culture et figure du punk
Conclusion : vers les bodmods

Aperçu du début du texte

« Body! I'm not an animal
Body! I'm not an animal 
»
Sex Pistols, « 
Body »

« Soyons désinvoltes
N’ayons l’air de rien »
Noir désir, « Tostaky »

Faire une histoire du corps punk

L’histoire du corps punk reste à faire. La belle synthèse sur l’histoire du corps d’Alain Corbin, Georges Vigarello et Jean-Jacques Courtine se termine par un chapitre intitulé « Le Regard et les spectacles » (Corbin, Courtine, Vigarello : 2006). Or l’histoire du corps punk est à la fois l’histoire du regard qui a été porté sur ce corps qui émerge d’une jeunesse insolente et l’histoire de sa mise en spectacle. Le corps punk vient du spectacle, et notamment du spectacle rock, auquel il fournit une énergie nouvelle. Il est aussi un corps spectaculaire qui a bousculé les codes de l’apparence et ouvert aux possibles du corps modifié selon une logique du bricolage (Liotard, 2001, 2003) et de l’auto-réalisation (le DIY, « Do It Yourself »), un corps exposé et dont l’exposition suscite des réactions de rejet, voire de viole...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Liotard, « Le corps punk, de la transgression à l’innovation (1976-2016) », Volume !, 13 : 1 | 2016, 123-139.

Référence électronique

Philippe Liotard, « Le corps punk, de la transgression à l’innovation (1976-2016) », Volume ! [En ligne], 13 : 1 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 28 mars 2017. URL : http://volume.revues.org/5032 ; DOI : 10.4000/volume.5032

Haut de page

Auteur

Philippe Liotard

Philippe Liotard est anthropologue. Maître de conférences à l’Université Lyon 1, il a soutenu une habilitation à diriger des recherches sur le thème des corps en chantier. Ses travaux portent sur les liens entre corps, culture et éducation. Il participe depuis leur lancement aux séminaires du projet PIND (Punk is Not Dead). Il vient de lancer la revue L’INqualifiable.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page