Navigation – Plan du site
Pas de futur mais un corps

La scène punk en France et la « défonce » (1976-1984)

“Getting Stoned” in the French Punk Scene (1976-1984)
Alexandre Marchant
p. 113-121

Résumés

Dans la seconde moitié des années 1970, le courant punk s’est inséré dans le paysage musical français grâce à quelques groupes ou artistes phares. Mais ces artistes recherchaient et promouvaient la « défonce », si caractéristique du nihilisme punk, dans la surconsommation d’alcool et d’amphétamines (speed), voire d’héroïne, ce qui invite à réfléchir aux modalités par lesquelles la scène punk a pu transmettre son rapport particulier aux drogues à d’autres catégories de population et être à la base d’une nouvelle sous-culture appropriée par de nombreux toxicomanes dans les années 1980.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La scène punk française, nouvel avatar de la toxicomanie mondaine ?
Scène punk et diffusion des usages de drogue : la question de l’imitation
Vers la naissance d’une toxicomanie punk : genèse d’une sous-culture

Aperçu du début du texte

Dans l’histoire culturelle des drogues (Retaillaud-Bajac, 2002), certains courants musicaux ont parfois été associés à un produit précis : le LSD était ainsi censé augmenter les effets du trip dans les concerts de rock psychédélique de la fin des années 1960, l’ecstasy (MDMA) accompagner l’expérience extatique de la musique techno dans les années 1990. Le mouvement punk, certes musical, mais relevant d’une posture plus générale de nihilisme et de révolte envers la société, a pu également être mis en rapport dans les années 1970 avec de complexes « polyaddictions » combinant alcool – de loin le produit le plus couramment et massivement consommé –, drogues illicites et médicaments, le but étant ici de viser la « défonce ».

De fait, des artistes punk comme le Britannique Sid Vicious, des Sex Pistols, valorisaient par leur comportement la consommation de certaines substances. Le punk des années 1970 était avant tout un speed freak, qui consommait massivement des amphétamines, y compris s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Marchant, « La scène punk en France et la « défonce » (1976-1984) », Volume !, 13 : 1 | 2016, 113-121.

Référence électronique

Alexandre Marchant, « La scène punk en France et la « défonce » (1976-1984) », Volume ! [En ligne], 13 : 1 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 26 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/5052 ; DOI : 10.4000/volume.5052

Haut de page

Auteur

Alexandre Marchant

Ancien élève de l’ENS de Cachan, Alexandre Marchant a soutenu en décembre 2014 une thèse de doctorat d’histoire contemporaine consacrée à L’impossible prohibition ; la lutte contre la drogue en France (1966-1996), sous la direction d’Olivier Wieviorka. Il est actuellement chercheur associé à l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP) à l’ENS de Cachan. Ses recherches portent sur les politiques publiques de prohibition des stupéfiants, et leurs effets sur les usages et les trafics. Ancien ATER à l’université Paris Ouest Nanterre – La Défense et professeur agrégé d’histoire, il est actuellement affecté au lycée Lakanal de Sceaux.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page