Navigation – Plan du site
Groupes et trajectoires

Territorialité et publicité : la trajectoire multiscalaire d’OTH (1978-1991)

Territoriality and Advertising: OTH’s Multi-scalar Trajectory
Thomas Loué
p. 87-111

Résumés

Groupe phare du punk-rock sudiste des années 1980, OTH construit progressivement l’image d’un groupe de scène aux performances marquantes. La trajectoire temporelle du groupe se traduit aussi par une mutation de ses territorialités. D’abord très ancré dans un périmètre restreint, autour de Montpellier et de l’Hérault, où il joue un rôle leader dans la scène rock locale, la réception d’OTH connaît une extension croissante dans l’ensemble du sud de la France puis, selon des modalités différentes, au nord. Cette délocalisation ou nationalisation du groupe se traduit par son insertion au sein d’une scène rock nationale indépendante et induit une professionnalisation de son management. Une esquisse de comparaison avec les Bérurier Noir tente d’en rendre compte.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les agités du local : combats rock et combats de rue
Le local : un lieu physique, symbolique et emblématique
OTH et Montpellier : « Rien ne va plus dans la ville… »
« Sortir de cette putain de ville » : délocalisation et nationalisation du groupe
Du sud au nord
Le temps fort de la scène
Professionnalisation et nationalisation
Management et professionnalisme
OTH/Bérurier Noir : esquisse de comparaison des territorialités respectives.
Conclusion

Aperçu du début du texte

Groupe phare de la scène rock indépendante française dans les années 1980, OTH a connu une trajectoire qui peut se lire dans le temps mais aussi dans l’espace. Échelles et temporalités s’imbriquent en une conjoncture particulière dans laquelle rien ne prédestinait le groupe à la publicité dont il bénéficia. C’est pendant une durée de deux ans au moins, entre 1976 et 1978, que On Tenter Hooks se transforme en OTH : initialement quatre adolescents (Domi, Motch, Beubeu, Pepone) qui deviennent cinq, d’abord lorsqu’arrive Spi, harmoniciste puis chanteur, vraisemblablement au cours du printemps 1976, puis à l’hiver 1977-1978 lorsque le bassiste Pepone est remplacé par Phil. Les premiers textes d’OTH sont symboliquement datés de janvier 1978. Dix ans plus tard, le 25 mai 1988, OTH ouvre au Zénith de Paris une soirée durant laquelle se succèdent les Red Hot Chili Peppers puis Minight Oil. C’est grâce à Michel Bosseau – qui travaille depuis 1986 chez Garance Production et grand fan du groupe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Loué, « Territorialité et publicité : la trajectoire multiscalaire d’OTH (1978-1991) », Volume !, 13 : 1 | 2016, 87-111.

Référence électronique

Thomas Loué, « Territorialité et publicité : la trajectoire multiscalaire d’OTH (1978-1991) », Volume ! [En ligne], 13 : 1 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 28 mars 2017. URL : http://volume.revues.org/5067 ; DOI : 10.4000/volume.5067

Haut de page

Auteur

Thomas Loué

Maître de conférences à l’Université de Strasbourg, Thomas Loué a longtemps travaillé sur la sociohistoire des institutions culturelles dans la France du xixe siècle : sur les revues politiques et littéraires d’une part et les intellectuels de l’autre. Depuis trois ans, il mène une recherche sur l’histoire du groupe montpelliérain OTH (1976-1991).

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page