Navigation – Plan du site
Émergences

L’émergence du punk en France : entre dandys et autonomes (1976-1981)

The Emergence of Punk in France: Between Dandies and Autonomists (1976-1981)
Pierre Raboud
p. 47-59

Résumés

Les années d’émergence du punk en France sont souvent présentées comme divisées en deux premières vagues : la première serait marquée par un dandysme et une proximité avec les Beaux-Arts ; la seconde serait quant à elle militante et issue de milieux plus populaires. Cette interprétation recoupe deux visions d’une « histoire en train de se faire » du punk en France : une première se focalisant sur Paris et sur les aspects esthétiques relatifs à ce genre, une seconde décentralisée, plus populaire et militante. Au moyen de l’étude des productions (fanzines, visuels, musique) issues de ces deux premières vagues, cet article entend dépasser cette dichotomie présumée et apporter une analyse historique originale comparant ces deux temps de l’émergence du punk en France. À travers le prisme de la thématique de la rupture, il montre quelles sont ces différences et comment elles s’expriment. Au-delà de ce constat d’une différence entre une rupture symbolique et une seconde plus militante, la démarche de cet article permet, de plus, d’expliquer cette adaptation du punk en mobilisant les changements que connaît la société française et le territoire qu’occupe la scène punk (crise, évolution des squats).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Quelle rupture ?
Vers l’anarcho-punk

Aperçu du début du texte

Les débats qui entourent la question de l’émergence du punk en France sont nombreux. Un lieu commun voudrait que les débuts du punk se présentent sous une forme dichotomique opposant une première vague des toutes premières années (1977-1979), faite de dandys parisiens, à une seconde apparue au début des années 1980, aux revendications plus politiques, chacune d’entre elles se disputant par ouvrages interposés la légitimité du discours des origines. À titre d’exemple, les ouvrages de Pépin et Rudeboy, acteurs ou héritiers de la seconde vague, répondent à ceux de Pacadis et d’Eudeline, acteurs de la première vague. Cet article souhaite interroger la pertinence de ces périodisations en se concentrant sur les années 1976 – premier festival punk de Mont-de-Marsan – à 1981 – avènement de la gauche au pouvoir –, afin d’éclairer les fondements de cette conflictualité. Cette étude de l’émergence du punk en France et de ses différentes composantes suivra le fil rouge des liens entretenus entr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Raboud, « L’émergence du punk en France : entre dandys et autonomes (1976-1981) », Volume !, 13 : 1 | 2016, 47-59.

Référence électronique

Pierre Raboud, « L’émergence du punk en France : entre dandys et autonomes (1976-1981) », Volume ! [En ligne], 13 : 1 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/5076 ; DOI : 10.4000/volume.5076

Haut de page

Auteur

Pierre Raboud

Pierre Raboud est doctorant à l’Université de Lausanne au sein de l’Institut d’études politiques, historiques et internationales (IEPHI). Ses recherches portent sur le mouvement punk en Suisse, Allemagne et France, notamment à travers sa thèse intitulée Entre innocence et mégaphones (1977-1982) : les scènes punks et la crise, expressions du dissensus et démarcation esthétique, une approche comparative (Allemagnes, Suisse et France). Il bénéficie actuellement d’une bourse de mobilité attribuée par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique et travaille auprès du Max-Planck Institut für Bildungsforschung de Berlin. Il anime également le blog Think Tank (thinktank.li) sur les différentes manifestations de la culture actuelle.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page