Navigation – Plan du site
Héritage et mémoire

Punkitude et vie quotidienne dans le Paris de la fin des années 1970

Entretien avec Marie Roué
Punkness and Everyday Life in Late 1970s Paris. Interview with Marie Roué
Marie Roué et Gérôme Guibert
p. 141-155

Notes de la rédaction

Entretien réalisé par Gérôme Guibert (Paris, le 30 mai 2016), retranscription de l’enregistrement audio par Cécile Verschaeve.

Présentation
C’est suite à un concours de circonstances que Marie Roué se retrouva intégrée au milieu punk parisien à la fin des années 1970. Rompue à l’observation ethnographique via un terrain arctique auprès des lapons éleveurs de rennes depuis 1969 dans le cadre de ses recherches, elle hébergea successivement, à partir de 1977, sa sœur, puis deux de ses amis punk montés à Paris depuis la Bretagne. Ces derniers vivaient pleinement le mouvement. Suite à ces moments communs, où elle partageait leurs sorties, elle se surprit à exercer son métier dans ce contexte. Elle débuta ainsi l’observation des membres d’un collectif qui partageait une culture, le punk, dans le cadre de leur vie quotidienne. Alors qu’elle avait investi d’autres terrains sur le territoire canadien, elle publia entre 1983 et 1987 plusieurs articles sur ce travail qui avait concerné le punk français.
J’ai mis du temps à contacter Marie Roué, dont j’utilisais pourtant les travaux depuis mon mémoire de maîtrise, en 1995, après avoir découvert son article « Assurer son cuir » (Roué, 1984), qui était mentionné dans la première bibliographie générale des travaux universitaires sur le rock rédigée en français par Patrick Mignon (1991). Elle fut d’ailleurs surprise de savoir qu’on la lisait encore et qu’elle pouvait susciter aujourd’hui l’intérêt de chercheurs sur ces questions. Il faut dire que le travail de Marie Roué est la plupart du temps ignoré et ce, me semble-t-il, pour au moins deux raisons. D’une part, elle est restée éloignée de la communauté des chercheurs en sciences sociales travaillant sur les cultures musicales populaires (pas de colloques spécifiques ni de publications dans des ouvrages collectifs ou revues spécialisées). D’autre part, et de façon corrélative, elle a quitté la France dès le début des années 1980, avant même qu’une communauté de recherche ne se développe sur le rock ou les « musiques amplifiées ». On peut même ajouter que lorsqu’elle a publié ses travaux sur le rock ou le punk, les travaux français qui abordaient ces questions étaient encore balbutiants. Plus récemment, si l’on se penche sur la réception des travaux de Marie Roué, on peut aussi poser l’hypothèse que la faible présence de son travail sur les portails de recherche en ligne contribue malheureusement à son ignorance par tous ceux qui réduisent le monde possible des publications à son avatar numérique.
Les propos de Marie Roué sont intéressants pour plusieurs raisons. La première est liée à son approche originale de la question marquée par le structuralisme et la sémiologie – qu’elle avait d’abord utilisée pour le vêtement lapon : membre dans les années 1970 du laboratoire d’ethnologie urbaine dirigé par G. Gurvitch et C Petonnet, elle trouva avec le punk un terrain subversif mais qui entrait dans le périmètre de son laboratoire. Un autre intérêt de ses écrits provient de sa connaissance précoce de la littérature anglaise sur les subcultures. Contrairement à la plupart de ses collègues français ayant travaillé sur les mouvements contre-culturels des années 1970 liés à la musique, elle eut accès dès le début des années 1980 aux écrits issus des Cultural Studies traitant des subcultures musicales jeune, écrits qu’elle discuta d’ailleurs dans ses articles en français. Peut-être cette dimension favorisa-t-elle chez elle le développement d’un regard qui tenait compte des rapports hommes/femmes, et plus largement des rapports de genre.
Éloignée rapidement du punk (elle n’a pas perçu le renouveau « Punk’s not dead » de 1981, ni l’anarcho punk ou la culture gothique), elle nous offre la photographie d’un mouvement juvénile qui vit dangereusement, se méfie de toute adhésion à des valeurs politiques structurées et qui, focalisé sur la vie nocturne, privilégie l’environnement urbain plutôt que la campagne où même que la nature, qui agit comme un repoussoir.

Gérôme Guibert

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’Entrée en ethnologie
« Assurer son cuir ». Le vêtement et ses enjeux dans l’espace public
Méthode
1977, l’arrivée chez les punks
L’invention du quotidien
Plutôt qu’une musique punk, une réception punk
L’évolution
Théories

Aperçu du début du texte

L’Entrée en ethnologie

Je suis originaire du Finistère Nord, mais j’ai très peu vécu en Bretagne, même si j’ai passé du temps là-bas pendant les vacances. Mon père, qui a commencé à travailler très jeune comme mousse dans la Marine, est parti ensuite en Algérie où j’ai vécu jusqu’à mes huit ans, en 1957. Oh, c’est une histoire classique d’une famille bretonne ! Mon grand-père a été gazé pendant la guerre de 1914-1918, donc mon père a été orphelin relativement jeune… Et comme il a fait une bêtise, il a bu du vin blanc à l’école, quelque chose comme ça, il a été renvoyé… Donc il a été obligé de s’engager comme mousse dans la marine nationale. Il a fait ses quinze ans dans la marine et ensuite il a été versé dans la sécurité sociale militaire, parce qu’il fallait qu’il soit reconverti. C’est donc là qu’on est parti à Alger quand j’avais quelques mois. On y est resté jusqu’à mes huit ans. Je pense que ça m’a politisée pour la vie ! Parce qu’à huit ans tu commences à comprendre les relati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Roué et Gérôme Guibert, « Punkitude et vie quotidienne dans le Paris de la fin des années 1970 », Volume !, 13 : 1 | 2016, 141-155.

Référence électronique

Marie Roué et Gérôme Guibert, « Punkitude et vie quotidienne dans le Paris de la fin des années 1970 », Volume ! [En ligne], 13 : 1 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/5087

Haut de page

Auteurs

Marie Roué

Marie Roué est anthropologue, directrice de recherche émérite au Laboratoire d’Éco-anthropologie et d’Ethnobiologie, à la fois unité mixte de recherche du CNRS et unité scientifique du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Gérôme Guibert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page