Navigation – Plan du site
Tribunes

Des ondes radioélectriques

Radio Electrical Waves
David Puaud
p. 173-178

Entrées d'index

Genre musical :

punk / hardcore punk
Haut de page

Notes de la rédaction

David Puaud, docteur en anthropologie, anime une émission punk (PunX) depuis quatre ans sur une radio locale associative à Poitiers (radio Pulsar). À partir de son observation participante en tant que praticien et chercheur, il analyse les ondes radio électriques liées au mouvement punk produites et diffusées à travers ce média. L’importance du témoignage de David Puaud relève d’abord du sentiment qui fait de la radio un compagnon de route clandestin, propice, dès l’enfance, à une découverte buissonnière du monde et de ses marges. Cette empreinte radiophonique, marquée par le punk, incite l’auteur, devenu adulte, à renverser la perspective du lien en instaurant l’échange comme principe, proposant de diffuser, et faire partager sur les ondes une musique qui a largement contribué à le construire. Ce témoignage nous renvoie par ailleurs au contexte et à l’histoire même du média qui s’est imposé comme un support privilégié du punk. En 1981, les radios pirates sont devenues des radios « libres » et l’explosion radiophonique qui marque les débuts de l’ère mitterrandienne, est nourrie par le développement de lieux associatifs, d’antennes libertaires, de radios pionnières et d’émissions foutraques, décalées, insolentes qui entrent en résonnance avec l’univers punk, voire lui donnent une occasion nouvelle de s’exprimer. Il n’est qu’à se souvenir de radio FMR à Toulouse ou de la Clé des ondes à Bordeaux… Les années 1980 dont David Puaud esquisse en creux le portrait constituent ce moment qui voit passer le potentiel radiophonique du punk, d’une rare émission, Po-Go, animée en 1978 par Alain Maneval sur Europe 1, vite retirée des ondes en raison même de sa liberté de ton (Maneval est renvoyé et interdit d’antenne pour trois ans, à la suite de l’appel au boycott qu’il hurle au micro contre le plus gros annonceur de la station, la société Shell, après la catastrophe de la marée noire provoquée par l’Amoco Cadiz), à un univers de radios associatives davantage ouvert sur l’âge des possibles. C’est ce monde créatif, engagé, militant, qu’évoque avec sensibilité David Puaud en revenant sur son parcours et en décrivant les pratiques et les engagements radiophoniques qui sont les siens aujourd’hui. Mais en soulignant ainsi le lien étroit qui unit culture radiophonique et émancipation jouissive, subversive, en montrant comment surgit une appétence particulière pour une pratique de la radio autour de laquelle se structure un imaginaire et qui finit par devenir le lieu d’une expérience, d’un partage, un lieu de vie, une manière de vivre et faire vivre une culture originale, David Puaud nous permet aussi d’en appréhender les frontières. Celles-ci ne sont pas nécessairement closes mais elles permettent de questionner la spécificité de la culture punk telle qu’elle se vit et se définit en ce lieu associatif au prisme du bénévolat et de l’animation : trois accords, une posture originale par rapport aux réseaux sociaux et à leur utilisation – no facebook – un engagement politique, un credo DIY. Confronté à l’incompréhension des uns, aux critiques des autres mais convaincu que le punk doit continuer de vivre sur les ondes, parce que la radio offre cette possibilité de véhiculer une culture et des valeurs auxquelles il croit, David Puaud nous permet ici de saisir une partie du credo et des engagements qui façonnent l’identité et les valeurs du punk contemporain en France.

Solveig Serre et Luc Robène

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une fixation punk
La fête : jeu, plaisir, humour, approximations et ironie
Politique et nihilisme
Énergie, fulgurance et lâcher-prise

Aperçu du début du texte

« Ce qui m’intéresse, c’est : qu’est-ce qui arrive quand on écoute du rock ? Le rock est une musique qui dit oui même quand elle est contestataire. Je l’écoute, je jouis, je danse, je pogote. »
Bégaudeau, 2014, p. 18

Étant né au début des années 1980, depuis vingt ans, je me suis construit une culture punk étroitement liée à des émissions radiophoniques punk. En effet, dans les années 1990, la programmation musicale majoritairement rock-grunge de Fun Radio m’a amené à découvrir des groupes tels que Sublime, Pixies, Rage against The Machine, et bien entendu Nirvana, Smashing Pumpkins, Off-Spring, Green Day. En écoutant les émissions de libre antenne au ton décalé avec mon radioréveil planqué sous mon coussin naissait en moi l’idée que le rock était étroitement lié au verbe, aux discours résolument subversifs.

Les émissions de Max, l’un des animateurs vedettes de la station, dépassaient souvent les horaires en vigueur. Plus la nuit avançait, plus le son devenait résolument plus rock. C’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Puaud, « Des ondes radioélectriques », Volume !, 13 : 1 | 2016, 173-178.

Référence électronique

David Puaud, « Des ondes radioélectriques », Volume ! [En ligne], 13 : 1 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/5128

Haut de page

Auteur

David Puaud

Docteur en anthropologie de l’EHESS (IIAC), David Puaud est actuellement formateur à l’Institut Régional du Travail Social Poitou-Charentes et Éducateur spécialisé. La thèse en anthropologie sociale et ethnologie qu’il a soutenue le 2 juillet 2014 est intitulée : « Anthropologie d’un procès. Crime, marginalité et travail social ». Il est l’auteur d’un ouvrage dénommé : « Le travail social ou l’art de l’ordinaire » publié aux éditions Fabert en 2013. Actuellement, il mène en tant que chercheur postdoctoral un travail de terrain auprès de Mineurs isolés étrangers, et réalise un travail de recherche formation sur la question de la « prévention de la radicalisation ». Animateur d’une émission punk depuis quatre années sur une radio locale à Poitiers (PunX sur radio Pulsar), il a également débuté depuis quelques mois un travail de recherche autour de l’éthique punk notamment à partir de sa « participation observante » en tant que praticien-chercheur, mais également à partir d’un travail de recherches en archives au sein de la fanzinothèque de Poitiers.politique / militantisme, radiopolitics / militancy, radio

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page