Navigation – Plan du site
« Culture », « slackness » et émancipation

Vybz Kartel : un révolutionnaire conservateur ?

Mutations contemporaines de la figure de l’intellectuel organique dans l’Atlantique noir
Vybz Kartel, a Conservative Revolutionary?
Contemporary Mutations of the Organic Intellectual in the Black Atlantic
Emmanuel Parent
p. 99-115

Résumés

Défrayant la chronique depuis son pugilat avec Ninjaman de 2003, le deejay jamaïcain Vybz Kartel, l’un des artistes les plus controversés et les plus populaires de l’espace public jamaïcain des dix dernières années, apparaît comme l’énième avatar du mythe du gangster noir. Toutefois, la consistance et la récurrence de ses prises de position publiques depuis 2009, qui devaient culminer avec la parution en 2012 de son autobiographie The Voice of the Jamaican Ghetto, interroge et complexifie cette image. En prenant appui sur le discours émique d’un des représentants majeurs de la scène dancehall contemporaine, cet article interroge la possibilité d’une articulation des valeurs conservatrices du dancehall jamaïcain avec une forme de conscience de classe s’exprimant dans la rhétorique de la défense du ghetto. L’examen critique de ses arguments est l’occasion de poser la question de la persistance ou non de la figure de l’intellectuel organique dans les cultures diasporiques noires contemporaines, tout en la replaçant dans le temps long de l’histoire coloniale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

« Me, myself and eye »
Entre slackness et consciousness
Les masques de l’entertainer
Le bleaching comme critique sociale
De la violence des dominés
Une anthropologie coloniale de la violence et du corps noir
Conclusion

Aperçu du début du texte

« — They took the white fleece of the cotton and the sweetness of the sugarcane and made them bitter and bloody with our toil… And they treated us like one great unhuman animal without any face.
— Without a face, Rev. Hickman ? You mean without faces and without eyes ? We were eyeless like Samson in Gaza ? Is that the way Rev. Hickman ? »
Ralph Ellison, Juneteenth, 1999

« No matter how successful I become, I am still Gaza. »
Vybz Kartel, 2012

Après avoir incarné pour l’Occident le combat universaliste des opprimés du Tiers-Monde à l’époque du reggae, les musiques populaires jamaïcaines ont pris, avec le courant dancehall, un virage similaire à celui observé dans le hip hop américain à partir des années 1990, lorsque la figure du gangster individualiste et matérialiste a remplacé dans l’imaginaire collectif celle du rappeur engagé et conscient, qui à l’instar de Chuck D. du groupe Public Enemy voulait faire du rap le porte-voix de la cause des opprimés, un véritable « CNN noir » (Fernando...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Parent, « Vybz Kartel : un révolutionnaire conservateur ? », Volume !, 13 : 2 | 2017, 99-115.

Référence électronique

Emmanuel Parent, « Vybz Kartel : un révolutionnaire conservateur ? », Volume ! [En ligne], 13 : 2 | 2017, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 27 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/5209 ; DOI : 10.4000/volume.5209

Haut de page

Auteur

Emmanuel Parent

Emmanuel Parent est maître de conférences en musique à l’université Rennes 2. Ses recherches portent sur les musiques africaines-américaines et leur théorisation par les intellectuels et musiciens noirs américains. En 2015, il a publié Jazz Power. Anthropologie de la condition noire chez Ralph Ellison (CNRS éditions) Il est membre du comité de rédaction de Volume !

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page