Navigation – Plan du site
« Culture », « slackness » et émancipation

Incarner l’émancipation : marronnages érotiques dans la culture dancehall jamaïcaine

Embodying Emancipation: Erotic Marronage in Jamaican Dancehall Culture
Carolyn Cooper
Traduction de Jedediah Sklower
p. 117-127

Résumés

La culture dancehall jamaïcaine est un espace politisé de marronnages critiquant l’héritage du régime de la plantation. Le dancehall devient une scène sur laquelle femmes et hommes se libèrent rituellement des rôles oppressifs légués par l’histoire. En effet, les valeurs matérialistes du dancehall sont ancrées dans la sagesse traditionnelle du discours populaire jamaïcain. Des proverbes pleins de verve affirment l’émancipation vis-à-vis de représentations coloniales déshumanisantes, selon lesquelles le corps est un outil indéfiniment voué à l’exploitation. L’érotisation des corps dans le dancehall ne renvoie pas simplement au plaisir sexuel, mais aussi à une conception bien plus vaste de l’érotique comme plaisir corporel se manifestant dans l’aspiration à vivre une vie bonne, définie en termes explicitement matérialistes : le geste érotique comme ascension sociale, le fameux éthos bling de la culture dancehall !

Haut de page

Dédicace

Cette traduction est une version modifiée de Cooper (2007).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le slackness comme marronnage érotique
Une sagesse proverbiale incarnée
Des systèmes de valeur antagonistes
Des rituels émancipateurs
Rêveries philosophiques
Métaphores sexuelles
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le slackness comme marronnage érotique

Je propose le trope de « marronnages érotiques » pour désigner une politique incarnée de détachement vis-à-vis des discours eurocentriques de la Jamaïque coloniale et leurs héritages néfastes à l’époque contemporaine. Il y a plus de vingt ans, dans un essai à visée exploratoire intitulé « Slackness Hiding From Culture : Erotic Play in the Dancehall » (Cooper, 1989-90), j’avais soutenu que l’hypersexualité promue dans les paroles des DJs, d’ordinaire dénigrée comme pure vulgarité, ou « slackness » dans le jargon jamaïcain, devrait être réévaluée théoriquement comme un discours résolument politique. Je résume ici mon argumentaire : le Slackness, dans son association invariante à la culture, n’est pas que licence sexuelle – bien qu’il le soit aussi, bien sûr. Le slackness est une révolte idéologique contre la loi et l’ordre, une façon de miner les normes consensuelles de la décence. Dans mon interprétation, le slackness constitue un affront radical...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carolyn Cooper, « Incarner l’émancipation : marronnages érotiques dans la culture dancehall jamaïcaine », Volume !, 13 : 2 | 2017, 117-127.

Référence électronique

Carolyn Cooper, « Incarner l’émancipation : marronnages érotiques dans la culture dancehall jamaïcaine », Volume ! [En ligne], 13 : 2 | 2017, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/5216 ; DOI : 10.4000/volume.5216

Haut de page

Auteur

Carolyn Cooper

Carolyn Cooper a écrit plusieurs livres importants sur la culture populaire jamaïcaine, dont Sound Clash : Jamaican Dancehall Culture at Large (Palgrave Macmillan, 2004) et Noises in the Blood: Orality, Gender and the “Vulgar” Body of Jamaican Popular Culture (Duke University Press, 1993), et a dirigé l’ouvrage collectif Global Reggae (UWI Press, 2012). Une personnalité médiatique bien connue sur l’île, elle tient une rubrique hebdomadaire dans le Sunday Gleaner, qui est également publiée sur son blog bilingue « Jamaica Woman Tongue » (carolynjoycooper.wordpress.com). Son travail d’intellectuelle œuvre à ouvrir l’espace des débats sur les politiques de la culture au-delà du monde universitaire.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page