Navigation – Plan du site
« Culture », « slackness » et émancipation

Terrible et terrifiant. Le reggae jamaïcain au prisme des mémoires

Dread and Terrible. Jamaican Reggae through the Prism of Memory
Giulia Bonacci
p. 81-97

Résumés

« Capture Land » est à la fois une chanson tirée du deuxième album de Chronixx (2014), un clip vidéo et un court métrage réalisé par Nabil Elderkin sorti la même année. Une analyse textuelle et contextuelle est appliquée à ces matériaux afin d’étudier les mémoires collectives qui y sont mises en scène. Il apparaît que l’esclavage reste la matrice à partir de laquelle la Jamaïque comprend les conditions socio-économiques actuelles de la majorité de sa population. La condamnation morale de l’esclavage et des conquêtes européennes s’articule au sentiment diasporique, et Capture Land met en scène le désir de « retour » en Afrique. La figure du Rastafari continue d’incarner les identités (raciale, sociale et politique) jamaïcaines et ancre ainsi solidement le reggae contemporain dans le patrimoine représenté par le reggae roots des années 1970 et 1980.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Reggae Revival
Capture Land
La voix du Rastaman
Conquête et esclavage
Le ghetto universel
Rentrer « chez soi »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Reggae Revival

Dread and Terrible, le deuxième album de Chronixx est sorti en avril 2014 et s’est rapidement classé numéro 1 aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Japon. La troisième chanson, Capture Land (4’11), raconte comment les terres américaines ont été dominées, les indiens massacrés, les Africains importés, et le peuple affamé. Le clip, financé par la marque américaine LRG et réalisé par Jerome D., est mis en scène en Jamaïque dans les ruines de Port Royal, capitale du gouvernement britannique et des corsaires et pirates sous pavillon anglais au xviie siècle, et à Spanish Town sous la statue de l’Amiral Rodney, qui a vaincu les Espagnols et les Français en 1782. Le refrain s’accompagne d’une injonction : il faut rentrer à la maison, en Afrique. La même année, le réalisateur et photographe Nabil Elderkin présente un film (16’) intitulé Capture Land sur le thème et la musique de la chanson de Chronixx. Il est également tourné à Port Royal et met en scène un jeune homme qui, à pe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giulia Bonacci, « Terrible et terrifiant. Le reggae jamaïcain au prisme des mémoires », Volume !, 13 : 2 | 2017, 81-97.

Référence électronique

Giulia Bonacci, « Terrible et terrifiant. Le reggae jamaïcain au prisme des mémoires », Volume ! [En ligne], 13 : 2 | 2017, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://volume.revues.org/5226 ; DOI : 10.4000/volume.5226

Haut de page

Auteur

Giulia Bonacci

Giulia Bonacci est historienne, chargée de recherche à l’IRD auprès de l’URMIS (Unité de recherche Migrations et Société). Elle travaille sur les liens entre Afrique et Caraïbes et en particulier sur l’histoire sociale du panafricanisme, à partir de la Jamaïque et de l’Éthiopie. Son livre Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Ethiopie (L’Harmattan 2010), a été traduit et publié en Jamaïque (UWI Press, 2015) et a reçu le IndieFab Book of the Year Award en 2015, et le Choice Outstanding Academic Title en 2017. Elle publie régulièrement ses travaux, en anglais et en français, dans des revues spécialisées ainsi que dans la presse culturelle.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page