Skip to navigation – Site map
« Culture », « slackness » et émancipation

Terrible et terrifiant. Le reggae jamaïcain au prisme des mémoires

Dread and Terrible. Jamaican Reggae through the Prism of Memory
Giulia Bonacci
p. 81-97

Abstracts

Capture Land” is a song from Chronixx’s second album (2014), a video clip, and a short film by Nabil Elderkin that came out the same year. I apply a textual and contextual analysis to these materials in order to study the collective memory that they stage. It appears that slavery remains the matrix from which Jamaica understands the socio-economic condition of the majority of its population. The moral condemnation of slavery and of European conquest is articulated to the diasporic sentiment, and “Capture Land” stages the desire to “return” to Africa. The character of the Rastafari keeps on embodying the racial, social and political identities of Jamaica, and therefore anchors firmly contemporary reggae as the legacy of roots reggae from the 1970s and the 1980s.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

Reggae Revival
Capture Land
La voix du Rastaman
Conquête et esclavage
Le ghetto universel
Rentrer « chez soi »
Conclusion

Text / first lines

Reggae Revival

Dread and Terrible, le deuxième album de Chronixx est sorti en avril 2014 et s’est rapidement classé numéro 1 aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Japon. La troisième chanson, Capture Land (4’11), raconte comment les terres américaines ont été dominées, les indiens massacrés, les Africains importés, et le peuple affamé. Le clip, financé par la marque américaine LRG et réalisé par Jerome D., est mis en scène en Jamaïque dans les ruines de Port Royal, capitale du gouvernement britannique et des corsaires et pirates sous pavillon anglais au xviie siècle, et à Spanish Town sous la statue de l’Amiral Rodney, qui a vaincu les Espagnols et les Français en 1782. Le refrain s’accompagne d’une injonction : il faut rentrer à la maison, en Afrique. La même année, le réalisateur et photographe Nabil Elderkin présente un film (16’) intitulé Capture Land sur le thème et la musique de la chanson de Chronixx. Il est également tourné à Port Royal et met en scène un jeune homme qui, à pe...

Top of page

References

Bibliographical reference

Giulia Bonacci, « Terrible et terrifiant. Le reggae jamaïcain au prisme des mémoires », Volume !, 13 : 2 | 2017, 81-97.

Electronic reference

Giulia Bonacci, « Terrible et terrifiant. Le reggae jamaïcain au prisme des mémoires », Volume ! [Online], 13 : 2 | 2017, Online since 21 April 2020, connection on 17 November 2017. URL : http://volume.revues.org/5226 ; DOI : 10.4000/volume.5226

Top of page

About the author

Giulia Bonacci

Giulia Bonacci est historienne, chargée de recherche à l’IRD auprès de l’URMIS (Unité de recherche Migrations et Société). Elle travaille sur les liens entre Afrique et Caraïbes et en particulier sur l’histoire sociale du panafricanisme, à partir de la Jamaïque et de l’Éthiopie. Son livre Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Ethiopie (L’Harmattan 2010), a été traduit et publié en Jamaïque (UWI Press, 2015) et a reçu le IndieFab Book of the Year Award en 2015, et le Choice Outstanding Academic Title en 2017. Elle publie régulièrement ses travaux, en anglais et en français, dans des revues spécialisées ainsi que dans la presse culturelle.

Top of page

Copyright

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Top of page