Navigation – Plan du site
« Culture », « slackness » et émancipation

Langue, musique et crise de la nation jamaïcaine

Jamaica: A State of Language, Music and Crisis of Nation
Hubert Devonish et Byron Jones
p. 129-145
Cet article est une traduction de :
Jamaica: A State of Language, Music and Crisis of Nation

Résumés

Cet article s’intéresse à l’évolution de pratiques linguistiques rivales dans les musiques populaires jamaïcaines, des années 1950 à nos jours. Deux langues coexistent et rivalisent en effet en Jamaïque : l’anglais, héritage linguistique de l’époque coloniale, et langue officielle de l’État jamaïcain postcolonial, dispute sa place dans les paroles des chansons avec la langue jamaïcaine (le créole jamaïcain, ou Patois). Ce dernier est la langue maternelle de la vaste majorité de la population, et constitue de facto la langue nationale. Cet article analyse la façon dont cet affrontement se déroule, et le type de langue qui en vient à être associé avec les différents genres musicaux jamaïcains. Son analyse culmine avec l’examen du rôle que la langue jamaïcaine a fini par jouer, par l’intermédiaire de la musique, dans le défi le plus important que l’État jamaïcain a dû affronter depuis l’indépendance : la confrontation militaire qui se déroula à Kingston Ouest/Tivoli Gardens en mai 2010 pour l’arrestation et l’extradition de Christopher « Dudus » Coke.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les fondements de la langue : avant l’indépendance, la musique populaire jamaïcaine des années 1950
Un État sans nation
Le rôle d'un usage musical de la langue dans la formation d’une nation
« Prophétie » : la nation sans État s’emparera de l’État sans nation
Christopher « Dudus » Coke : défier l’État au nom de la nation
La prochaine fois, le feu ?

Aperçu du début du texte

Introduction

Depuis qu’elle a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1962, la Jamaïque est parvenue à s’arroger une place d’une ampleur inhabituelle dans l’imaginaire international. En-dehors du sport, cette réputation repose sur trois piliers : sa musique, sa langue et une situation politique conflictuelle, associée à la criminalité internationale. Nous chercherons ici à définir les liens entre ces trois domaines qui fondent la célébrité de la Jamaïque sur la scène mondiale. Au cœur de ce questionnement, se trouve la musique populaire jamaïcaine et sa relation aux deux langues usitées sur l’île.

Afin de saisir le rôle que joue la langue dans la musique populaire jamaïcaine, il faut d’abord comprendre les éléments qui composent une œuvre musicale. Le premier, que l’on peut noter sur une partition, est l’ensemble constitué de sons organisés en séquences rythmiques et en certains arrangements de hauteurs. Vient ensuite la production concrète de ces sons, joués par des instrume...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Devonish et Byron Jones, « Langue, musique et crise de la nation jamaïcaine », Volume !, 13 : 2 | 2017, 129-145.

Référence électronique

Hubert Devonish et Byron Jones, « Langue, musique et crise de la nation jamaïcaine », Volume ! [En ligne], 13 : 2 | 2017, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/5236 ; DOI : 10.4000/volume.5236

Haut de page

Auteurs

Hubert Devonish

Hubert Devonish est un linguiste caribéen qui fut professeur de linguistique à l’University of the West Indies depuis près de quarante ans. Ayant pris sa retraite en 2016, il continue à défendre les droits de la communauté des personnes parlant les langues créoles des Caraïbes, en tant que coordinateur de la Jamaican Language Unit à l’UWI. Il a fait de nombreuses recherches et publié de nombreux ouvrages en linguistique, couvrant l’ensemble des champs de la discipline, de la phonologie et à la syntaxe, via la sociolinguistique et l’aménagement linguistique, sans oublier le rôle de la langue dans les musiques caribéennes. Son ouvrage le plus connu est Language and Liberation: Creole Language Politics in the Caribbean (Arawak Press, 2007).

Byron Jones

Byron Jones a étudié la linguistique à à l’University of the West Indies ; sa thèse porte sur les usages de la langue dans les musiques populaires jamaïcaines. Il s’intéresse également à l’évolution et à la variation des langues, à la linguistique sur corpus, à l’argot, à la syntaxe et à la sémantique anglais, ainsi qu’aux musiques et cultures populaires et à la traduction biblique. Il a créé et conçu le Corpus of Jamaican Popular Music (COPJAM)

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page