Skip to navigation – Site map
« Culture », « slackness » et émancipation

Langue, musique et crise de la nation jamaïcaine

Jamaica: A State of Language, Music and Crisis of Nation
Hubert Devonish and Byron Jones
p. 129-145
This article is a translation of:
Jamaica: A State of Language, Music and Crisis of Nation

Abstracts

The paper examines the evolution of language use in popular Jamaican music over six decades, between the two coexisting and simultaneously competing languages of Jamaica. English, a colonial linguistic inheritance, the official language of the post-colonial Jamaican state, competes for a place in music lyrics with the Jamaican Language (Jamaican Creole, Patwa). This is the native language of the mass of the population and the de facto national language. The paper discusses how this battle plays out in terms of which language varieties are predominantly associated with which Jamaican popular music genres. It culminates in examining the role which the Jamaican Language came to play, via its use in music, in the most significant challenge to the existence of the Jamaican state since independence, the military confrontation in West Kingston/Tivoli Gardens events of May 2010, around the arrest and extradition of Christopher “Dudus” Coke.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

Introduction
Les fondements de la langue : avant l’indépendance, la musique populaire jamaïcaine des années 1950
Un État sans nation
Le rôle d'un usage musical de la langue dans la formation d’une nation
« Prophétie » : la nation sans État s’emparera de l’État sans nation
Christopher « Dudus » Coke : défier l’État au nom de la nation
La prochaine fois, le feu ?

Text / first lines

Introduction

Depuis qu’elle a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1962, la Jamaïque est parvenue à s’arroger une place d’une ampleur inhabituelle dans l’imaginaire international. En-dehors du sport, cette réputation repose sur trois piliers : sa musique, sa langue et une situation politique conflictuelle, associée à la criminalité internationale. Nous chercherons ici à définir les liens entre ces trois domaines qui fondent la célébrité de la Jamaïque sur la scène mondiale. Au cœur de ce questionnement, se trouve la musique populaire jamaïcaine et sa relation aux deux langues usitées sur l’île.

Afin de saisir le rôle que joue la langue dans la musique populaire jamaïcaine, il faut d’abord comprendre les éléments qui composent une œuvre musicale. Le premier, que l’on peut noter sur une partition, est l’ensemble constitué de sons organisés en séquences rythmiques et en certains arrangements de hauteurs. Vient ensuite la production concrète de ces sons, joués par des instrume...

Top of page

References

Bibliographical reference

Hubert Devonish and Byron Jones, « Langue, musique et crise de la nation jamaïcaine », Volume !, 13 : 2 | 2017, 129-145.

Electronic reference

Hubert Devonish and Byron Jones, « Langue, musique et crise de la nation jamaïcaine », Volume ! [Online], 13 : 2 | 2017, Online since 21 April 2020, connection on 26 May 2017. URL : http://volume.revues.org/5236 ; DOI : 10.4000/volume.5236

Top of page

About the authors

Hubert Devonish

Hubert Devonish est un linguiste caribéen qui fut professeur de linguistique à l’University of the West Indies depuis près de quarante ans. Ayant pris sa retraite en 2016, il continue à défendre les droits de la communauté des personnes parlant les langues créoles des Caraïbes, en tant que coordinateur de la Jamaican Language Unit à l’UWI. Il a fait de nombreuses recherches et publié de nombreux ouvrages en linguistique, couvrant l’ensemble des champs de la discipline, de la phonologie et à la syntaxe, via la sociolinguistique et l’aménagement linguistique, sans oublier le rôle de la langue dans les musiques caribéennes. Son ouvrage le plus connu est Language and Liberation: Creole Language Politics in the Caribbean (Arawak Press, 2007).

Byron Jones

Byron Jones a étudié la linguistique à à l’University of the West Indies ; sa thèse porte sur les usages de la langue dans les musiques populaires jamaïcaines. Il s’intéresse également à l’évolution et à la variation des langues, à la linguistique sur corpus, à l’argot, à la syntaxe et à la sémantique anglais, ainsi qu’aux musiques et cultures populaires et à la traduction biblique. Il a créé et conçu le Corpus of Jamaican Popular Music (COPJAM)

Top of page

Copyright

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Top of page