Navigation – Plan du site
Varia

L’explicite, l’implicite et le mineur : deux blues obscènes de Lucille Bogan

The Explicit, the Implicit and the Minor: Two Obscene Blues by Lucille Bogan
Christian Béthune
p. 177-199

Résumés

La biographie de Lucille Bogan est particulièrement lacunaire, mais la chanteuse nous a laissé une soixantaine de morceaux enregistrés dans lesquels les thèmes de l’alcool et de la prostitution sont évoqués de manière particulièrement explicite, notamment dans deux blues restés longtemps inédits. L’objet de cette étude est de montrer comment cette artiste met au jour une dimension obscène ancrée de longue date dans la culture afro-américaine. Mais Lucille Bogan bouscule de surcroît les codes d’une obscénité égrillarde « phallocentrée » et manifeste son féminisme tout en revendiquant sa négrité, à cent lieux de la rhétorique puritaine des organisations féministes, toutes races confondues.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’explicite à l’œuvre : deux brûlots obscènes
Dynamique d’une expression mineure
Le féminisme de Lucille Bogan
Fiction et réalité

Aperçu du début du texte

« If you are offended by words like : shit, bitch, fuck, ass, hoe […] Take the take out now. This is not a pop album ! And by the way suck my motherfucker dick »
Ice Tea, « Power », 1988

La propension de la culture afro-américaine à véhiculer des paroles « explicites » n’est pas subrepticement née avec l’avènement du hip-hop et ses MCs au langage haut en couleur. S’il n’est guère d’album de rap qui n’arbore avec ostentation l’infamante étiquette « Parental Advisory Explicit Content », le goût pour l’obscénité et la violence remonte, semble-t-il, aux origines de la culture noire. L’obscénité prolifère en particulier dans les fables de la littérature orale (toasts), les échanges de rue entre pairs (dirty dozen, shit talking), et contamine les chants profanes. Dès le début du xxe siècle, dans son mémoire partiel de thèse de doctorat, Howard Odum notait, non sans effroi, à propos des chants profanes des Afro-Américains (qu’il appelle alors « social songs ») :

Chaque phrase de leurs chants...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Béthune, « L’explicite, l’implicite et le mineur : deux blues obscènes de Lucille Bogan », Volume !, 13 : 2 | 2017, 177-199.

Référence électronique

Christian Béthune, « L’explicite, l’implicite et le mineur : deux blues obscènes de Lucille Bogan », Volume ! [En ligne], 13 : 2 | 2017, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 26 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/5266 ; DOI : 10.4000/volume.5266

Haut de page

Auteur

Christian Béthune

Christian Béthune est docteur en philosophie, HDR en « épistémologie des disciplines artistiques », habilité à la direction de recherches et chercheur associé au Centre Interdisciplinaire d’Etude et de Recherche sur les Expressions Contemporaines. Il a enseigné dans le secondaire de 1972 à 2010, et donné des cours à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Il a collaboré à Jazz Magazine de 1979 à 2001, et publié Le Rap, une esthétique hors la loi (Autrement, 2003), Adorno et le jazz (Klincksieck, 2003), Pour une esthétique du rap (Klincksieck, 2004), et Le jazz et l’Occident (Klincksieck, 2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page