Navigation – Plan du site
Circulations

Le jazz jamaïcain, sur l'île et à l'étranger

Jazz in Jamaica, at Home and Abroad
Herbie Miller et Roberto Moore
Traduction de Dario Rudy
p. 147-161
Cet article est une traduction de :
Jazz in Jamaica, at Home and Abroad

Résumés

Le jazz n’est pas le genre musical le plus immédiatement associé à la Jamaïque. Pourtant, vivace dès les années 1920, il réunit un groupe – limité mais brillant – d’instrumentistes jamaïcains, notamment dans l’après-guerre. Ces jazzmen jamaïcains, tels Ernest Ranglin, Monty Alexander ou Douglas Ewart, participeront aux premiers pas de la musique de l’île, et apporteront une touche irréductiblement jamaïcaine aux sonorités et aux évolutions du jazz, que ce soit au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Cet article se propose de retracer l’histoire du jazz en Jamaïque, et les trajectoires de ses plus illustres représentants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Alpha Boys School : le jazz en pleine instruction coloniale
Les années de formation : clubs jazz et musiciens
Le jazz jamaïcain dans le monde : le SS Empire Windrush
Les cuivres, de l’Alpha jusqu’au Royaume-Uni
Ernest Ranglin
Monty Alexander
Douglas Ewart
Coda

Aperçu du début du texte

Alpha Boys School : le jazz en pleine instruction coloniale

De toutes ses expressions culturelles et artistiques, la musique est probablement ce que la Jamaïque a offert au monde de plus vivace. Cette situation remonte à l’époque des plantations, de l’esclavage et du colonialisme, où la musique jouait un rôle de premier plan dans la reconstruction et la perpétuation d’une identité chez les Jamaïcains originaires d’Afrique.

Parmi les institutions qui témoignent du passé colonial de la Jamaïque, on retrouve l’Alpha Cottage School, ouverte en 1880 par Justina Ripoll (Sœur Mary Claver) issue de l’ordre catholique des Sœurs de la Miséricorde. Cette institution avait été conçue comme une école technique pour les orphelins, les enfants abandonnés ou les gamins des rues. En 1893, un orchestre de Fife and Drums fut créé, marquant ainsi le début de l’intérêt porté à la musique au sein de cette école. En 1908, un don d’instruments provenant de l’évêché catholique de Jamaïque permit à l’instructi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Herbie Miller et Roberto Moore, « Le jazz jamaïcain, sur l'île et à l'étranger », Volume !, 13 : 2 | 2017, 147-161.

Référence électronique

Herbie Miller et Roberto Moore, « Le jazz jamaïcain, sur l'île et à l'étranger », Volume ! [En ligne], 13 : 2 | 2017, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/5276 ; DOI : 10.4000/volume.5276

Haut de page

Auteurs

Herbie Miller

Herbie Miller est historien et ethnomusicologue spécialisé dans la culture et l’identité caribéennes – celles des esclaves particulièrement. Il est conservateur du Jamaica Music Museum à l’Institute of Jamaica. Manager, parmi d’autres, de Peter Tosh, The Skatalites et Toots & the Maytals, Miller a géré la Blue Monk Jazz Gallery, le seul lieu entièrement consacré au jazz en Jamaïque.

Roberto Moore

Roberto Moore est chercheur conférencier, spécialiste de l’histoire, de la culture, et de la musique des îles – ainsi que collectionneur de vinyles. Il a notamment été consultant pour Grounation, un cycle de conférences annuel créé par le Jamaica Music Museum à l’Institute of Jamaica. Son prochain livre dépeint l’histoire du jazz et du swing en Jamaïque, ainsi que leur influence sur le reggae.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page