Navigation – Plan du site
Pratiques phonographiques
Document

La méthode du riddim : esthétique, pratique et propriété dans le dancehall jamaïcain

The Riddim Method: Aesthetics, Practice, and Ownership in Jamaican Dancehall
Peter Manuel et Wayne Marshall
Traduction de Alexandre Tanase
p. 25-59

Résumés

La scène et l’industrie du disque jamaïcaines, des années 1950 jusqu’à nos jours, ont une manière bien particulière d’aborder les notions de composition, d’œuvre originale et de propriété. Prolongeant une tradition où la performance live implique l’utilisation de disques (et influence en retour leur production), la relative autonomie, dans ce système, des riddims et des parties vocales [voicings] remet en cause les idées habituelles sur ce qui constitue l’identité d’une chanson. Cette autonomie pose aussi la question de la façon dont le droit international en matière de copyright peut s’appliquer là où des décennies de pratique musicale vont de pair avec l’idée que le matériau musical fait partie du domaine public. Avec la propagation de la « méthode du riddim » dans les aires d’immigration jamaïcaine, l’esthétique propre au reggae a pu toucher hors de Jamaïque d’autres publics et d’autres artistes – comme le montrent des genres voisins comme le hip-hop, le reggaeton, le drum‘n’bass ou encore le bhangra. L’article conjugue ainsi récit historique, données ethnographiques et analyse musicologique en vue de montrer comment le système jamaïcain constitue une manière à la fois unique et de plus en en plus influente d’aborder la création musicale à l’ère numérique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est une traduction de Manuel Peter & Marshall Wayne (2006), « The Riddim Method: Aesthetics, Practice, and Ownership in Jamaican Dancehall », Popular Music, no 25, Cambridge, Cambridge University Press, p. 447-470.

Les éditeurs tiennent à remercier Svetlana Shadrina et Holly Buttimore de Cambridge University Press ainsi que Martin Cloonan du comité de rédaction de la revue Popular Music de leur avoir gracieusement accordé les droits de traduction de cet article. Nos remerciements vont de même à David Corio et Jean Bernard Sohiez, auteurs des deux photographies qui l’illustrent.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Naissance et évolution du système riddim/partie vocale
Riddims et partie vocale dans le dancehall moderne
Style et structure
« Chanter faux » : l’indépendance de la voix et du riddim
L’esthétique du riddim
Propriété et copyright dans le système riddim/partie vocale
Conclusions : les riddims, des communs créatifs ?

Aperçu du début du texte

L’avènement au xxe siècle de la musique populaire et commerciale de masse a contribué à la diffusion, dans de nombreuses cultures et partout sur la planète, d’un certain type de chanson. Selon ce type, devenu dominant, la chanson doit être un objet reproductible, autonome et original, et celle-ci doit articuler de manière relativement inédite paroles, mélodie et accompagnement harmonique. Dans la culture musicale occidentale, par exemple, la structure AABA en 32 mesures, éventuellement répétée deux ou trois fois avec quelques variations, est un bon exemple de ce modèle consacré et dominant de chanson. Dans la seconde moitié du siècle dernier, toutefois, sous l’influence notamment des nouvelles technologies et de l’emploi dans les musiques africaines-américaines de l’ostinato, sont apparues plusieurs alternatives remarquables. Par exemple, les remixes, qui combinent des éléments provenant de plusieurs chansons déjà connues, le hip-hop, qui se sert d’un riff samplé pour l’accompagneme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Peter Manuel et Wayne Marshall, « La méthode du riddim : esthétique, pratique et propriété dans le dancehall jamaïcain », Volume !, 13 : 2 | 2017, 25-59.

Référence électronique

Peter Manuel et Wayne Marshall, « La méthode du riddim : esthétique, pratique et propriété dans le dancehall jamaïcain », Volume ! [En ligne], 13 : 2 | 2017, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 28 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/5288 ; DOI : 10.4000/volume.5288

Haut de page

Auteurs

Peter Manuel

Peter Manuel est un ethnomusicologue, professeur de musique au John Jay College au Graduate Center de la City University of New York. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Cassette Culture (University Of Chicago Press, 1993) et Caribéen Currents: Caribéen Music from Rumba to Reggae (avec Kenneth Bilby et Michael Largey, Temple University Press, 3e éd. 2016) ainsi que plus de 70 articles les musiques de l’Inde, des Caraïbes, d’Espagne et d’ailleurs. À ses heures perdues, il pratique le sitar, la guitare flamenco et la grande cornemuse des Highlands.

Wayne Marshall

Wayne Marshall est assistant professor d’histoire de la musique au Berklee College of Music et visiting professor à l’université Harvard. Ayant suivi une formation d’ethnomusicologue, sa recherche porte sur les échanges entre technologies de reproduction sonore, régimes médiatiques et publics, notamment dans le cadre de l’histoire entremêlée et mondiale du hip-hop et du reggae. Il a publié ses travaux dans de nombreuses revues, a codirigé Reggaeton (Duke University Press, 2009). À côté de son travail universitaire, il partage en ligne des mashups et mixes musicaux et écrit pour des revues telles que Wax Poetics et The Wire, ainsi que son blog wayneandwax.com.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page