Navigation – Plan du site
Circulations

Jazz in Jamaica, at Home and Abroad

Le jazz jamaïcain, sur l'île et à l'étranger
Herbie Miller et Roberto Moore
Traduction de Dario Rudy
Traduction(s) :
Le jazz jamaïcain, sur l'île et à l'étranger

Résumés

Le jazz n’est pas le genre musical le plus immédiatement associé à la Jamaïque. Pourtant, vivace dès les années 1920, il réunit un groupe – limité mais brillant – d’instrumentistes jamaïcains, notamment dans l’après-guerre. Ces jazzmen jamaïcains, tels Ernest Ranglin, Monty Alexander ou Douglas Ewart, participeront aux premiers pas de la musique de l’île, et apporteront une touche irréductiblement jamaïcaine aux sonorités et aux évolutions du jazz, que ce soit au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Cet article se propose de retracer l’histoire du jazz en Jamaïque, et les trajectoires de ses plus illustres représentants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Alpha Boys School: Jazz in the midst of colonial inculcation and education
The formative Years: Jazz Joints and Musicians
Jamaican jazz to the world: S.S Empire Windrush
Horns from Alpha to the UK
Ernest Ranglin
Monty Alexander
Douglas Ewart
Coda

Aperçu du début du texte

Alpha Boys School: Jazz in the midst of colonial inculcation and education

Of all its creative and cultural aesthetics, music is perhaps Jamaica’s most dynamic cultural contribution to the world. This has been so since the old plantation days of slavery and colonialism when music played an important role in reconstructing and maintaining an identity for many Jamaicans of African descent.

Among the enduring institutions signifying Jamaica’s colonial past is the Alpha Cottage School, which opened in 1880 when Justina Ripoll (Sister Mary Claver) of the Roman Catholic Order of the Sisters of Mercy established an industrial school for orphaned, neglected, and errant boys. By 1893, a drum and fife corps was established, which became the foundation to the school’s emphasis on music. With instruments received in 1908 from the Roman Catholic Bishop of Jamaica, Alpha’s legendary music programme took root and flourished. In the ensuing years, the school earned the distinction of being the singl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Herbie Miller et Roberto Moore, « Jazz in Jamaica, at Home and Abroad », Volume ! [En ligne], 13 : 2 | 2017, mis en ligne le 21 avril 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/5313 ; DOI : 10.4000/volume.5313

Haut de page

Auteurs

Herbie Miller

Herbie Miller est historien et ethnomusicologue spécialisé dans la culture et l’identité caribéennes – celles des esclaves particulièrement. Il est conservateur du Jamaica Music Museum à l’Institute of Jamaica. Manager, parmi d’autres, de Peter Tosh, The Skatalites et Toots & the Maytals, Miller a géré la Blue Monk Jazz Gallery, le seul lieu entièrement consacré au jazz en Jamaïque.

Roberto Moore

Roberto Moore est chercheur conférencier, spécialiste de l’histoire, de la culture, et de la musique des îles – ainsi que collectionneur de vinyles. Il a notamment été consultant pour Grounation, un cycle de conférences annuel créé par le Jamaica Music Museum à l’Institute of Jamaica. Son prochain livre dépeint l’histoire du jazz et du swing en Jamaïque, ainsi que leur influence sur le reggae.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page