Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de colloques

« Comment la musique vient-elle au territoire ? »

Compte-rendu de la journée scientifique géographie et musiques, 12 mars 2007, à la Maison des Suds (Pessac, 33)
Yves Raibaud
p. 205-209
Référence(s) :

Journée scientifique géographie et musiques, 12 mars 2007, à la Maison des Suds (Pessac, 33)

Texte intégral

  • 1 Dans ce texte, le masculin est utilisé comme représentant des deux sexes sans discrimination à l’ég (...)

1Partir d’un objet particulièrement flou (la musique) et le corréler avec un autre objet particulièrement discutable (l’espace) est un exercice périlleux. On sent bien cependant que l’association « Space and Music » ou « Musique et Territoire » fonctionne bien : il fait frétiller les jeunes chercheurs 1, galvanise les doctorants et donne le blues aux anciens qui aimeraient sauver les valeurs de leur jeunesse consacrée à la géographie régionale, à l’analyse spatiale ou à la géographie sociale.

  • 2 Voir le compte-rendu de cette journée dans la précédente livraison de V©lume!, n° 5, vol. 1 (2006) (...)

2Une première question se pose : « musique ou musiques » ? Au singulier, on risque d’y mettre une majuscule « la Musique, la grande Musique ». Au pluriel les « musiques », on relativise, on dévalorise. Une deuxième question arrive, embusquée derrière la première : « espace ou territoire » ? Le mieux est de ne pas répondre à cette question trop compliquée, ou alors à la hussarde : « les deux, mon général ! ». C’est d’ailleurs comme cela que l’ont compris la vingtaine de « musiciens chercheurs » qui ont travaillé sur ces questions le 12 mars 2007 suite à l’invitation d’ADES-CNRS à Bordeaux. Pour plusieurs d’entre eux c’était également l’occasion de se retrouver après la journée « Géographie et musiques : quelles perspectives ? » organisée par Claire Guiu et le Laboratoire Espace et Culture, le jeudi 8 juin 2006 à l’Université de Paris IV-Sorbonne 2.

3« Comment la musique vient-elle au territoire ? » était cette fois-ci la question posée par les géographes aux autres disciplines qui s’intéressent à la musique : premièrement en considérant les phénomènes musicaux sur les territoires sans distinguer a priori les pratiques musicales et les politiques publiques de la culture ; deuxièmement en ouvrant les espaces publics de la culture et en posant l’hypothèse qu’ils sont coproduits avec les usagers, dynamique qui a été étudiée en particulier dans l’émergence des musiques actuelles, au stade de leur institutionnalisation ; troisièmement en posant comme postulat que les musiques ont à voir avec les transformations des espaces qu’elles peuvent expliquer ou interpréter. Les musiques ne viennent pas « naturellement » au territoire, mais elles ne sont pas non plus la seule conséquence de déterminants géo-socio-économiques ni le seul fruit d’une volonté politique. Si la journée organisée le 8 juin 2006 a souligné qu’elles avaient une certaine autonomie, elle a démontré qu’elles participaient également à la construction des territoires. Mais quelle portée réelle ont elles dans ces phénomènes ? « Comment ça marche ? » De quelle manière peut-on en mesurer les effets ?

L’association « espace musique » permet l’interdisciplinarité

4La bonne surprise de cette association « musique(s) et espace(s) et/ou territoire(s) » dans cette journée a été de constater à travers des communications très diverses un consensus : la musique n’est pas essentialisée, pas plus que son rapport avec le territoire et les approches sont presque toujours interdisciplinaires et, par principe, interculturelles : la musique punk, la cornemuse et le cantador brésilien font bon ménage, le rappeur des quartiers côtoie le festayre du Sud-Ouest rural, le flamenco comme la musique sacrée participent au développement local. La juxtaposition d’objets en apparence si différents invite à la comparaison, interroge l’ethnocentrisme, encourage l’analyse critique. La plupart des communications ont donc su éviter la sacralisation des rapports musique et territoire, si c’est bien cela qu’on peut reprocher à une certaine géographie culturelle (mais existe-t-elle vraiment ?).

5Le deuxième intérêt de la thématique « musique(s) et espace(s) et/ou territoire(s) » est qu’elle décentre les oppositions entre disciplines et aussi entre méthodes. Lors des journées de Paris et de Bordeaux les ethnologues de la musique brésilienne ont pu échanger avec les sociologues du rap, les géographes des espaces hyper-réels qui étudient les rave-parties avec les théoricien de l’agir communicationnel qui travaillent sur les effets du « baladeur » ou du MP3 sur la sociabilité des usagers du métro. Ne court-on pas le risque de la confusion, de la dispersion ? La brillante intervention de Claire Guiu, en ouverture du colloque, a permis d’organiser le champ de recherche en montrant (notamment grâce à sa connaissance de la littérature scientifique anglo-saxonne) à quel point les recherches sur l’objet musique-espace pouvaient et devaient être interdisciplinaires et interculturelles.

6Cette constatation vaut particulièrement pour le géographe, l’objet (on dira par commodité) « musique-espace » peut s’appréhender aussi bien :

  1. par le biais de l’analyse spatiale : les communications de François Aussaguel sur le festival de rock-metal du Hellfest, de Sophie Moulard-Kouka sur le rap à Dakar, d’Oliver Goré sur la musique bretonne et de Marie Pendanx sur les bandas et penas musicales du Sud de la France démontrent l’utilité de l’outil de l’analyse spatiale lorsqu’il s’agit de localiser les pratiques, de décrire la diffusion des modes musicales, de montrer les hiérarchies culturelles sur les territoires socio-spatiaux, la circulation des musiciens, etc.

  2. par le biais de la géographie des pratiques sociales : les territoires du rap et du hip-hop ont été particulièrement explorés par Laurent Béru lorsqu’il montre la dissémination d’une logique sociomusicale mondiale sur les territoires les plus pauvres, par Loïc Lafargue de Grangeneuve analysant l’ambiguïté des politiques publiques sur deux modèles opposés, Bordeaux et Marseille et par Claire Dubus comparant la production rap des périphéries urbaines américaines, africaines et françaises. La communication de Djemila Zeneidi a interrogé la pertinence de l’association « musiques populaires — territoire populaire » (très présente dans les cultural studies) à partir de la musique punk qu’elle présente comme une entreprise culturelle et politique basée sur la déconstruction des territoires tendant à en invalider certains (ceux de la société dominante) et en requalifier d’autres (les espaces des sociétés modernes urbains, en particulier les espaces en marge).

  3. Par le biais de la géographie régionale, soit par la description d’occurrences culturelles sur un territoire et à un moment donné (Elsa Grassy, le jazz et la Nouvelle-Orléans, Marie Pendanx et les bandas du Sud-Ouest) soit par la description des métissages à l’origine d’imaginaires culturels régionaux (Bernard Cherubini et l’île de la Réunion), soit par l’analyse de la transformation des traditions culturelles dans un contexte rural profondément transformé par la crise économique et l’urbanisation (Thierry Rougier et les chansonniers et improvisateurs du Nordeste brésilien).

  4. Par le biais des études culturelles qui décrivent la spatialité de pratiques culturelles hors du contexte d’un territoire formellement repéré : la musique dans le métro et les espaces publics (Vincent Rouzé), les rave-parties (Éric Boutouyrie), l’écoute de la musique dans les mobilités urbaines avec les baladeurs nouvelle génération MP3 (Anthony Pecqueux).

7Telles sont les principales entrées qu’ont prises nos collègues invités pour répondre à la question « Comment la musique vient-elle au territoire ? ». Un des ateliers de Bordeaux consacré aux territoires du hip-hop a ainsi montré qu’on pouvait aborder le sujet avec des approches sensiblement différentes : ethnologie des pratiques, politique de la ville, géographie sociale de la jeunesse, sociologie de la domination. Un autre atelier qui avait pour titre « la musique comme ressource pour les territoires » croisait des approches de géographie économique de la culture (la relocalisation du flamenco à Jerez de la Frontera dans des objectifs de développement local, Nicolas Canova) et de géopolitique (les musiques mongole d’origine chamanique et leur adaptation aux transformations de la gestion des ressources du territoire sous le régime soviétique et post-soviétiques, Laurent Legrain). Dans un autre atelier on a pu discuter sur ce que signifiait « apprendre » les musiques du monde en observant les quasi « écoles de musique » bretonnes et brésiliennes de Bordeaux (Gérald Guillot) et le développement des batucadas brésilienne en France (Anaïs Vaillant) : quels territoires mythiques sont en jeu ? Quelle distorsion y a-t-il, au final, entre ces musiques lorsqu’on compare leurs pratiques sur les territoires d’origine et ailleurs ? Que signifient ces distorsions pour les représentations qui lient ces territoires et ces musiques ?

À la recherche des fondements et des méthodes

8Les débats, qui ont souligné à la fois la connexion des sujets et la divergence des méthodes, ont été animés. Quel est alors le plus petit dénominateur commun de ces approches ? La réponse est la suivante : à peu près toutes les personnes présentes se reconnaissent dans une perspective de « géographie culturelle » pour affirmer que les musiques font partie des représentations communes à un groupe ou une société dans un temps et un lieu donné. Les pratiques musicales et les musiques, quelles qu’elles soient, produisent en conséquence du « social » et aussi du territoire, certains disent que ces pratiques et ces représentations sont « géographiantes ». De ce point de vue, on peut dire que la réponse à la question de départ « Comment la musique vient-elle au territoire ? » a été traitée, bien qu’on y ait répondu de multiples façons. À travers ces communications et celles de la journée précédente (Paris, 2006) — et pour rendre compte de la diversité des sujets, des approches et des méthodes — j’ai proposé cinq manières d’appréhender la musique d’un point de vue géographique (Yves Raibaud, revue Géographie et cultures, 2007).

9Premièrement comme un géo-indicateur, un élément de description et de décryptage des réalités sociospatiales, alternatif à l’image. Capter l’univers sonore des espaces permet d’échapper à la tyrannie de la carte et à la dictature des images : un envers du décor se découvre, permettant de mettre en perspective les autres données.

10Deuxièmement comme un vecteur de circulation entre les échelles territoriales. Ces échelles sont sensibles dans la structure même des compositions musicales qui font appel à des thèmes, des instrumentations et des traitements du son qui se réfèrent en même temps ou alternativement à tous les niveaux de compréhension (local/global, tradition/modernité…) sans perdre le fil conducteur d’une identification certaine au territoire de référence.

11Troisièmement comme un fixateur des adhésions territoriales. La musique peut être le support sensible d’attaches identifiées par d’autres marqueurs culturels et fonctionnant dans le long terme (les musiques régionales) ou bien momentanée comme dans l’exemple des rave-parties qui créent des conditions éphémères d’urbanité dans des « antimondes » destinés à maximaliser les relations sociales dans un temps court.

12Quatrièmement comme un constructeur des images territoriales. La musique est « performative » comme le montre la fête musicale dans la ville, simulacre qui gagne peu à peu une autonomie en construisant un réel plus satisfaisant.

13Cinquièmement comme un mode de gouvernance territoriale. Face à l’éloignement des citoyens de la politique, le territoire mis en scène par la musique (exemple des cultures urbaines comme gestion culturelle des quartiers) apparaît comme une ressource.

14La synthèse de cette journée (Daniel Latouche, université de Montréal, Dominique Crozat, université de Montpellier) précédait une conclusion d’Alain Lefebvre, professeur émérite à Toulouse et administrateur de l’Observatoire des Politiques Culturelles de Grenoble. Celui-ci a souligné l’intérêt d’ouvrir les recherches sur d’autres approches (anthropologique, géographique mais aussi musicologique) que celles qui sont trop souvent centrées sur les politiques publiques de la culture.

15Lors de la petite fête « en musique » qui a suivi cette journée scientifique à la Maison des Suds de Bordeaux, la question qui préoccupait la petite communauté musicale qui est en train de se créer autour de ces thèmes était : « Qui prendra le relais pour la troisième journée Géomusic en 2008 ? »

Haut de page

Notes

1 Dans ce texte, le masculin est utilisé comme représentant des deux sexes sans discrimination à l’égard des femmes et des hommes et à seule fin d’alléger le texte.

2 Voir le compte-rendu de cette journée dans la précédente livraison de V©lume!, n° 5, vol. 1 (2006) [ndlr].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Raibaud, « « Comment la musique vient-elle au territoire ? » », Volume !, 5 : 2 | 2006, 205-209.

Référence électronique

Yves Raibaud, « « Comment la musique vient-elle au territoire ? » », Volume ! [En ligne], 5 : 2 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/586

Haut de page

Auteur

Yves Raibaud

ADES CNRS / maître de conférences en géographie à l’Université de Bordeaux 3, y.raibaud@ades.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page