Navigation – Plan du site
Notes de lecture (hors-dossier)

Michel Demeuldre, Sentiments doux-amers dans les musiques du monde.

Délectations moroses dans les blues, tango, flamenco, rebetiko, p’ansori, gahzal…
Anne-Cécile Nentwig
p. 213-215
Référence(s) :

2006, Paris : L’Harmattan, coll. « Logiques Sociales ».

Entrées d'index

Genre musical :

world music
Haut de page

Texte intégral

Demeuldre - CouvertureAfficher l'image
Crédits : L'Harmattan

1Quels sont les liens qui existent entre le blues, le fado, le tango argentin, le tango finlandais, le magyar nõta hongrois ou le han coréen  ? Au-delà des différences culturelles et sociohistoriques, toutes ces musiques traditionnelles sont reconnues pour les émotions tristes et moroses qu’elles suscitent. Cet ouvrage collectif sous la direction de Michel Demeuldre, propose de comprendre, à travers l’étude de ces musiques, les modes de socialisation et d’acculturation des individus à la tristesse, au sentiment de nostalgie.

2Partant du constat que les formes musicales tristes bénéficient d’une plus grande valorisation sociale comparativement aux chansons gaies, ce recueil d’articles permet de comprendre comment chaque société, chaque culture développe ses propres façons de pleurer, ses éthos pathétiques. S’appuyant sur des analyses multidisciplinaires (historiques, anthropologiques, musicologiques, sociologiques), Michel Demeuldre analyse les modalités d’organisation sociale de la nostalgie.

3Divisé en huit chapitres, couvrant les traditions musicales de quatre continents, cet ouvrage rassemble donc des articles de chercheurs dont le point commun porte sur des questionnements relatifs à des comportements collectifs de tristesse, des « pratiques lacrymales ». Aussi, ce recueil ne se donne pas pour objet principal une analyse du courant musical des musiques du monde qui profite d’une nouvelle visibilité depuis une trentaine d’années partout en Europe.

4Dans le premier chapitre, les auteurs ont développé une approche plus historique des poésies et formes musicales traditionnelles des nomades d’Afrique de l’Ouest et des touaregs. Les quatre interventions qui le composent mettent en lumière un parallèle culturel entre l’amour courtois qui se jouait dans les cours d’Europe occidentale au Moyen Âge et ces esthétiques africaines, permettant de soulever la différenciation qui s’observe dans la socialisation aux larmes entre l’orient et l’occident.

5Le second chapitre est quant à lui consacré à deux répertoires très différents, le Han coréen et le Dor roumain, où les auteurs introduisent des réflexions sur la dimension spirituelle et religieuse de ces traditions musicales.

6Le troisième permet d’approfondir les constructions des ethos selon l’opposition Orient/Occident. En effet, chacun des auteurs, et plus spécifiquement Anne Vincent-Buffault, exposent les rapports au corps qui s’instaurent dans les différentes cultures.

7Le quatrième chapitre aborde le statut des musiciens traditionnels spécialisés dans ces musiques. Au travers des interventions de ce chapitre, il apparaît clairement que ces musiciens, bénéficiant d’une valorisation sociale importante, sont quasiment tous des hommes. Les femmes étant reléguées aux styles plus légers, moins « sérieux » et vecteurs de prestige.

8Partant de l’instrumentalisation faite de la notion de tradition et de ces musiques à des fins politiques, les chapitres cinq, six et sept exposent les diverses manières dont les groupes sociaux, les peuples s’en emparent dans le cadre de revendication identitaires. Ainsi, l’exemple du Portugal est tout à fait saisissant. Étant généralement perçu comme le pays de la saudade (sentiment doux-amer par excellence), on peut observer que celle-ci s’est transformée en mythe culturel identitaire, devenant par là même un culte aux racines nationales. La culture et la tradition musicale chantée deviennent ainsi des biens collectivement possédés pouvant être séparés de leur fonction première et de leur contexte d’usage. Ils construisent un patrimoine. Ces pratiques deviennent le produit de dispositions reconnues comme caractéristiques d’une identité « régionale » ou « ethnique » par les groupes sociaux dominants.

9Le dernier chapitre s’éloigne un peu des musiques dites traditionnelles, pour s’intéresser de plus près au rock et au blues ainsi qu’aux modes de vie liés aux diverses formes de délectation morose. La tristesse et la marginalisation voulue et assumée qu’entraîne, ce qu’on peut appeler une contre-culture gothique, apportent un nouvel éclairage sur ces musiques d’origine populaire.

10Les conclusions de tous ces articles, apportées par Michel Demeuldre se veulent dans la continuité de ses travaux sur le climat sentimental que crée l’éthos d’une musique. Il propose une analyse transversale des conditions d’apparition, de développement et de déclin de ces pratiques musicales.

11Toutefois, on regrettera qu’il n’y ait pas de cadre d’analyse très formalisé. En effet, dans les descriptions des conditions de production, d’écoute des musiques du monde, Michel Demeuldre va mobiliser aussi bien Durkheim, Weber, Simmel ou Maffesoli. Par ailleurs, ces différents articles auraient pu, au contraire faire l’objet d’une analyse plus proche de celle proposée par Norbert Elias. La dimension identitaire des musiques du monde étant celle d’une identité collective, elle n’est pas le fruit de volontés individuelles, mais celui d’une reconnaissance symbolique de la part des membres du groupe qui la constituent. Ces musiques renvoient également à des facteurs de socialisation particuliers, notamment l’histoire familiale ou un mode de vie particulier. Car, la mémoire musicale et la patrimonialisation de traditions sont des enjeux culturels, il existe un profit de distinction à valoriser sa mémoire. Celle-ci va très souvent de pair avec une volonté d’inscrire ces musiques traditionnelles dans une démarche de modernité, où elles sont pensées comme étant remises « au goût du jour ». C’est la raison pour laquelle, les axes de recherche concernant l’état de l’offre des musiques du monde, auraient mérité un développement plus conséquent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Cécile Nentwig, « Michel Demeuldre, Sentiments doux-amers dans les musiques du monde. », Volume !, 5 : 2 | 2006, 213-215.

Référence électronique

Anne-Cécile Nentwig, « Michel Demeuldre, Sentiments doux-amers dans les musiques du monde. », Volume ! [En ligne], 5 : 2 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/587

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Nentwig

Doctorante en Sociologie, Laboratoire CRSPC-Roma
anne-cecile.nentwig@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page