Navigation – Plan du site
Compte-rendu de journée d'étude

« Géographie et musiques : quelles perspectives ? »

Compte-rendu de la journée d’étude du 8 juin 2006 au Centre Malesherbes de l’Université Paris IV-Sorbonne.
Music and Geography: What Perspectives? Conference Report
Claire Guiu
p. 155-158
Référence(s) :

Journée d’étude du 8 juin 2006 au Centre Malesherbes de l’Université Paris IV-Sorbonne.

Texte intégral

1Les associations fréquentes de termes géographiques et musicaux dans le paysage lexical évoquent une relation socialement admise entre musique et territoire. Ne parle-t-on pas en effet de « musique régionale » ou « nationale », « musiques du monde », musiques urbaines, rurales ou encore « musiques du paysage » ? Plusieurs intitulés d’évènements culturels ou d’oeuvres artistiques de « musique spatiale » participent de cette tendance… La rencontre entre espace, territoires et musiques est donc exprimée verbalement, manifestée et entendue, tant sur le terrain des compositions musicales contemporaines que sur celui des adhésions identitaires ou des politiques culturelles. Elle stimule la curiosité des chercheurs en sciences sociales qui, loin de considérer la musique comme un objet esthétique autonome, se penchent sur l’analyse de ses espaces, modes de production, pratiques et imaginaires. Récemment, les liens entre Espace et Musique ont fait l’objet de colloques en musicologie ou Cultural Studies à Lisbonne (octobre 2005) et Manchester (juin 2006).

2Si l’ensemble des sciences humaines s’intéresse à l’espace sonore et aux liens entre identités, territoires et musiques, il semble légitime de s’interroger sur les perspectives d’approche de la musique par la discipline géographique. Quel est le rôle de la musique dans la création, singularisation et promotion de territoires, d’espaces virtuels et de frontières ? Dans quelle mesure la musique peut-elle devenir l’instrument de légitimation, d’affirmation, ou de contestation de territoires politiques ? Comment participe-t-elle à la géographie de nos parcours quotidiens ?

3Afin de proposer des éléments de réponse et de fédérer les travaux universitaires, une journée d’étude a été organisée le 8 juin 2006 par le laboratoire « Espace, Nature et Culture », Dominique Crozat, Louis Dupont, Claire Guiu, Joël Pailhé et Jean-René Trochet à l’Université Paris IV-Sorbonne. Quatorze intervenants et une cinquantaine de participants de diverses disciplines ont échangé sur leurs recherches associant espace, territoire et musique.

4En introduction, Claire Guiu a proposé une synthèse des études géographiques existantes sur le sujet. Les géographes ne sont pas restés à l’écart des mouvements d’échanges et de dialogues interdisciplinaires autour de la musique. Plusieurs chercheurs de Berkeley s’étaient intéressés depuis les années 1970 à la diffusion des genres musicaux et à l’écoute sonore. Le champ d’étude s’est étendu dans les années 1990 dans le cadre d’un « tournant culturel » marqué par un renouvellement des approches de la culture ainsi que par un élargissement des thèmes de recherche. De nombreux géographes (Susan Smith, Jean-Marie Romagnan, Mike Crang, George O. Carney, Jacques Lévy ou Ian Cook, parmi d’autres) ont appelé à ce que le son en général, et la musique en particulier, s’intègrent davantage à l’imaginaire géographique. Pourtant, malgré la multiplication d’articles et les promesses de perspectives fécondes, l’état des lieux d’analyse révèle une géographie de la musique éparse et peu coordonnée.

5La première séance de la journée a porté sur la musique comme « géo-indicateur » des dynamiques territoriales, entre local et global. Xavier Leroux a considéré les manifestations de musiques et danses traditionnelles comme l’un des éléments de définition du pays Lille-Dunkerque. Olivier Goré a ensuite montré dans quelle mesure les pratiques localisées de festnoz en Bretagne constituaient à la fois un indicateur de la territorialisation des pratiques socio-culturelles locales et un élément performatif d’une identité bretonne internationalisée. Enfin, Patrick Rérat a mis à jour, à partir d’une analyse sémiotique d’une couverture de disque, les dynamiques d’appropriation nationale du hip-hop en Mongolie. À ce sujet, Schehrazed Ouahabi a souligné la similitude entre le cas présenté et les processus d’adoption et d’adaptation locale de genres musicaux mondialisés (le rap et le raï) par la jeunesse algérienne. Les trois communications proposaient donc, comme l’a souligné Anne Hertzog, une réflexion sur les processus de patrimonialisation et les tensions entre fixité et mobilité, entre local et global, à trois échelles différentes (pays, échelle régionale et État).

6Cette réflexion a été approfondie lors de la deuxième séance portant sur le rôle des manifestations musicales dans la création de territoires singuliers, éphémères, voire virtuels. Samuel Etienne et Gérôme Guibert ont présenté leur travail de terrain sur les pratiques de musiques amplifiées dans le bocage vendéen. L’émergence de scènes locales (punk et metal notamment), structurées par un réseau d’acteurs et de sociabilité, dessine des territoires musicaux en marge des représentations régionales et d’une visibilité médiatico-politique. Ces pratiques s’inscrivent à la fois dans les lieux de la performance musicale et dans les réseaux informels et cybernétiques de diffusion. Éric Boutouyrie a ensuite exposé une partie de ses travaux de doctorat sur la création de territoires éphémères par la musique techno. Il s’est intéressé aux mobilités des participants, aux sites choisis et aux mises en spectacles des lieux de parties trance, par la construction de goa villages qui semblent fonctionner selon les éléments structurels d’une micro-cité parfaite. Ces nouveaux mondes d’adhésion, clos et éphémères, s’ancrent territorialement comme des figures de l’Eden, de l’Utopie et de l’île.

7L’après-midi, les pratiques et manifestations musicales ont été appréhendées comme des géo-symboles, offrant tout à la fois une forte charge d’adhésion émotionnelle aux groupes et une ressource politique de promotion territoriale. Marie Pendanx s’est penchée sur les diffusions, pratiques et imaginaires des bandas dans le sud-ouest de la France. Ces formations musicales fonctionnent comme des pôles d’adhésion de plusieurs identités vécues et projetées à différentes échelles. Elles cristallisent la cohésion des groupes (penyas), véhiculent des valeurs et performent les lieux. Vecteurs d’images et de représentations territoriales, elles dessinent des territoires d’identification allant du village, au « Sud-ouest » et à une Espagne réinventée. Dans une autre perspective, les deux communications suivantes ont porté sur l’appropriation par les pouvoirs politiques et les institutions culturelles des pratiques musicales sur un territoire. Loïc Lafargue s’est demandé comment Marseille était devenue la « Mecque » du rap en France et a analysé les raisons d’une identification unique en France entre une ville et ce genre musical. Le rap a été mis au centre de stratégies d’images visant à transformer les stigmates de Marseille en ressources. À l’inverse, Pierre Jamar a conté le « récit inachevé d’une appropriation politique manquée », en mettant à jour le décalage entre un fort taux de pratiques d’art lyrique en Provence et l’absence de promotion touristique correspondante. Les trois communications ont souligné le rôle des pratiques musicales dans la diffusion d’imaginaires et de représentations territoriales.

8La dernière séance, présentée par Béatrice Collignon, a porté sur les aspects performatifs du fait musical à plusieurs échelles. Comment les manifestations musicales et sonores transforment-elles les villes, les lieux et les individus ? Yves Raibaud s’est intéressé à la fête comme expérience de la ville. Par une analyse comparative de deux événements festifs girondins, il a montré les variations des liens qui unissent la ville, le public et la musique et a souligné l’aspect performatif de la manifestation musicale festive dans l’appropriation des territoires. À une échelle plus large, Vincent Rouzé a proposé une approche communicationnelle des musiques diffusées dans les lieux publics et a révélé les modes de production et stratégies de ces musiques « invisibles », du « décor », « que l’on n’écoute pas », mais que le chercheur étudie pourtant. Enfin, la journée s’est terminée par une audition des compositions d’Andrea Martignoni, jouant avec le paysage sonore urbain comme expression poétique d’une ville au quotidien et des déambulations de ses différents acteurs.

9Au terme de ces interventions, Yves Raibaud a conclu en dégageant brillamment les multiples relations entre musiques et territoires. La musique est tout à la fois un « géo-indicateur » et un vecteur d’images et d’imaginaires. Elle cristallise des adhésions territoriales tout en s’insérant dans des circuits de production et de diffusion à différentes échelles territoriales. En tant que pratique culturelle, elle constitue aussi une ressource de gestion culturelle et d’animation des territoires. La variété des approches et des objets considérés par les intervenants a montré la richesse des approches spatiales du fait musical. Cette journée a surtout voulu fédérer et promouvoir les initiatives de ce champ encore marginal du paysage universitaire. Elle a révélé le caractère « polyfacétique » de plusieurs chercheurs, géographes, sociologues et musiciens, et constituera certainement un premier pas vers de futures collaborations. Un numéro spécial de la revue Géographie et Cultures publiera au printemps 2007 une partie des interventions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Guiu, « « Géographie et musiques : quelles perspectives ? » », Volume !, 5 : 1 | 2006, 155-158.

Référence électronique

Claire Guiu, « « Géographie et musiques : quelles perspectives ? » », Volume ! [En ligne], 5 : 1 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/670

Haut de page

Auteur

Claire Guiu

Claire Guiu, doctorante, Université Paris IV-Sorbonne,
Université de Barcelone, Casa de Velázquez.
claireguiu@hotmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page