Navigation – Plan du site
Note et recensions

Éric Deshayes et Dominique Grimaud, L’Underground musical en France

Romuald Émile
p. 242-245
Référence(s) :

Marseille, Le Mot et le Reste, 2009, 324 p.

Entrées d'index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Underground - CouvertureAfficher l'image
Crédits : Le Mot et le Reste

1L’underground musical, qui peut bien se cacher derrière cette bannière aux contours flous ? Qui donc peut prétendre en être porte-drapeau sur le territoire hexagonal et au-delà ? C’est ce que semblent vouloir nous révéler les auteurs de cet ouvrage 1. Aux États-Unis, le terme « underground » fut utilisé pour désigner la résistance française face à l’occupant nazi lors de la Seconde Guerre mondiale (Kervran & Kien, 2010 : 16). En ce sens, c’est bien de résistance dont il s’agit ici, à la fin des années 1960, au commencement de ce que les auteurs appellent l’« histoire des maquis sonores français » (premier chapitre). Ainsi, en lien avec les contestations d’un ordre social étouffant et, face à la toute-puissance culturelle et économique d’un « système disques » (p. 40-44) laissant peu de choses filtrer de la « chape de plomb » des yéyés, de la chanson française de variété et du rock anglo-saxon, va se développer une « contre-musique » (référence à la contre-culture américaine des années hippies) ignorée des mass media ou se mettant volontairement en marge de ce système.

2Au-delà des seules questions d’esthétique musicale, les auteurs cherchent ici à appréhender comment certains musiciens de cette période mirent en œuvre d’autres manières non seulement de jouer mais aussi de produire, diffuser et distribuer une musique « clandestine » pour servir une autre « pop au peuple » (p. 29-37). Le souci est donc de présenter une vision experte et cohérente d’un maelström musical où la notion d’underground est envisagée de façon globale, notamment dans son refus des circuits artistiques et commerciaux dominants, à l’écart des grandes maisons de disques (Philips, Vogue, Pathé Marconi…) – malgré quelques contre-exemples peu couronnés de succès – et des grands réseaux de distribution inondés par les productions de ces dernières (FNAC, Virgin…).

  • 2 « Travailler avec les FNAC et Virgin demande des concessions que beaucoup refusent. Certains préfèr (...)

3Un long chapitre introductif nous présente ainsi le « maquis » duquel émergeront toutes ces mauvaises herbes prenant racine dans le terreau fertile du rock anglo-saxon (notamment psychédélique), du free jazz américain et d’une certaine chanson française engagée. Les évolutions technologiques aidant (le home studio), certains musiciens pratiquent l’auto-production, développent leurs propres réseaux informels pour assurer tant bien que mal leur distribution et leur diffusion 2, inventant par là l’esprit du do it yourself bien avant la vague punk. Cette globalité d’approche, fruit du travail d’un passionné et d’un artisan de cette entreprise artistique, est ce qui donne au livre tout son intérêt, en plus de faire découvrir ou redécouvrir une pléiade de groupes et musiciens trop peu connus.

4Car c’est tout de même de musique dont il est question et la majorité des chapitres lui fait la part belle. Les esthétiques, et les groupes/musiciens qui les développent, composent ainsi la trame principale de l’ouvrage au travers de chapitres spécifiques, aux intitulés pittoresques faisant parfois référence aux noms d’albums emblématiques. Ainsi du « free-jazz français » (« Jazz Désaxé », p. 65 : Tusques, Portal, Berrocal…) au punk (« Boîtes à rythmes en dissidence », p. 249 : Métal Urbain, Johnny be crotte…) en passant par le rock psychédélique (« Psychédélique Camembert », p. 91 : Gong, Crium Delirium…), les musiques électroniques (« Électronique Guérilla », p. 167 : Heldon, Vidéo-Aventures) ou une autre chanson (« Chants-Sons de Traverses », p. 141 : Ribeiro, Fontaine, Marcœur..), tout y passe.

5Mais surtout, plus que de se livrer à un simple exercice de revue discographique, les auteurs s’attachent à nous faire suivre les chemins de traverses que ces musiciens et défricheurs clandestins ont arpentés pour faire exister cette autre musique. Un peu comme dans le précédant ouvrage d’Éric Deshayes (2007), on suit les aventures musicales – et discographiques, si la volonté et l’opportunité ont permis d’y aboutir – de chaque groupe et les parcours des musiciens charismatiques en ayant fait partie. Au sein et au-delà d’une courant musical on peut en pister un certain nombre qui, tels des électrons libres, multiplient les collaborations, toujours en quête de nouveaux horizons.

6Dans les méandres de ces circuits parallèles, on y côtoie l’histoire des collectifs (Tartempion…), des labels indépendants ( « Les sillons alternatifs », p. 265 : Futura, Saravah, BYG, Tago Mago, Metamkine…), des festivals et autres lieux de représentation à la marge (Amougies, Fête de l’Humanité, les MJC…), d’une nouvelle presse, musicale et politique (Actuel, Libération, Rock & Folk, fanzines…) qui se font les chambres de résonance de toute cette effervescence.

7Tant que faire se peut, tous les moyens et conditions d’éclosion, d’existence et de survivance de ces expérimentations déroutantes sont évoqués pour esquisser le panorama le plus évocateur de ce feu d’artifices.

8Si certains pourront regretter de ne pas avoir un tableau complet de l’underground musical français d’hier et d’aujourd’hui (qui compte toujours dans ses rangs nombres de ces anciens précurseurs), ils ne pourront que saluer et apprécier ce récit de l’itinéraire de cette mouvance musicale post soixante-huitarde et clandestine dans son parcours d’hier à aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Albiez Sean (2003), « Strands of the Future : France and the Birth of Electronica », Volume ! , vol. 2, n° 2, p. 99-115.

Deshayes Éric (2007), Au-delà du rock, la vague planante, électronique et expérimentale allemande des années soixante-dix, Marseille, Le Mot et le Reste.

Guibert Gérôme (2006), La production de la culture. Le cas des musiques amplifiées en France, Paris, Seteun/Irma.

Kervran Perrine, Kien Anaïs, (2010), Les années Actuel. Contestations rigolardes et aventures modernes, Marseille, Le Mot et le Reste.

Haut de page

Notes

1 Éric Deshayes est responsable du site internet Néosphères (http://neospheres.free.fr/) dédié au rock français et aux musiques nouvelles et est auteur d’un autre livre de référence chez le même éditeur sur les expériences musicales du rock allemand des années 1970 (Deshayes, 2007). Dominique Grimaud fut fondateur des groupes Camizole et Vidéo-Aventures et dirige la collection discographique Les Zut-O-Pistes distribuée par MUSEA, à consulter avantageusement en complément de la lecture du présent.

2 « Travailler avec les FNAC et Virgin demande des concessions que beaucoup refusent. Certains préfèrent activer leur propre boutique, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. » (p. 287).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romuald Émile, « Éric Deshayes et Dominique Grimaud, L’Underground musical en France », Volume !, 7 : 2 | 2010, 242-245.

Référence électronique

Romuald Émile, « Éric Deshayes et Dominique Grimaud, L’Underground musical en France », Volume ! [En ligne], 7 : 2 | 2010, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/869

Haut de page

Auteur

Romuald Émile

Passionné de musiques, Romuald Émile est bénévole au sein d’ASPRO-IMPRO(association pour la promotion des musiques nouvelles et improvisée, Besançon) et anime une émission de radio (La Clef des Sons) sur JetFM 91.2 (Nantes).
emileromuald@neuf.fr

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page