Navigation – Plan du site

2002-2010 : « Read it at maximum volume! »

Mélanie Seteun
p. 5-6

Texte intégral

1En 2002, la revue Volume ! faisait le pari de créer un espace de réflexion interdisciplinaire sur cette multiplicité en marche que l’on nomme les musiques populaires – étranges formes musicales, volontiers impures et ambigües, nées du contact entre la marchandisation de l’art et la réappropriation populaire des nouvelles possibilités technologiques qui en étaient issues. Nous voulions créer un lieu spécifique pour ces musiques dont la légitimité même fait débat depuis l’origine, mais dont la richesse et le foisonnement depuis un siècle n’est plus à démontrer. Ce projet, associatif et conçu de manière modeste par un collectif alors composé d’étudiants, nous l’estimions nécessaire dans le champ francophone, et nous le considérions comme le relais d’autres tentatives qui nous avaient précédés.

2Huit ans plus tard, 13 numéros de la revue ont été publiés, accueillant 155 articles, notes de recherche, notes de lecture et tribunes écrits par des contributeurs majoritairement français, mais aussi venus des cinq continents. À l’image d’un comité scientifique couvrant plusieurs facettes des sciences humaines et sociales, la revue a accueilli des chercheurs issus de nombreuses disciplines, allant des sciences de l’information et de la communication aux sciences politiques, en passant par la littérature française, la géographie, l’esthétique et l’anthropologie. Cette diversité des approches et des nationalités témoigne de l’effort maintenu pour faire dialoguer les traditions de recherches continentales et anglo-saxonnes, un dialogue bien entendu nécessaire dans chaque domaine scientifique, mais particulièrement important dans le champ des Popular Music Studies.

3On a souvent remarqué le retard des études françaises sur les objets de la culture populaire et sur la musique en particulier. Pionnière dans le domaine du jazz dès les années 1920, la recherche française a en effet marqué le pas dans le dernier quart du xxe siècle, au moment où, dans le monde anglo-saxon, une association comme l’IASPM et la revue Popular Music parvenaient à structurer durablement un nouveau champ de recherche, qui dispose désormais de plusieurs revues et de chaires universitaires spécifiques. Heureusement, la situation française a largement évolué, notamment sous l’effet de dynamiques générationnelles. Aujourd’hui, les chercheurs sont souvent eux-mêmes nourris de cette même culture populaire qu’ils prétendent étudier, atténuant de plus en plus le danger d’un attrait purement exotique pour le populaire et les mirages d’un intérêt de classe pour cette « beauté du mort » qu’il faudrait alors se contenter de dénoncer.

4Après avoir marqué une pause depuis sa dernière publication en 2008, Volume ! La revue des musiques populaires entend repartir de façon semestrielle, en proposant des articles regroupés sous des dossiers thématiques et en varia, des tribunes ouvertes aux acteurs professionnels des musiques actuelles et des comptes-rendus d’ouvrages du champ, de manifestations scientifiques ou d’expositions sur l’objet « musique » qui se multiplient ces derniers temps. Cet interlude nous aura permis de nous remettre en état de marche, grâce au partenariat noué avec la Région Aquitaine et au soutien du RAMA (le Réseau aquitain des musiques actuelles). Mentionnons également le soutien renouvelé du CNL et celui, nouveau, du CNRS, gage d’un sérieux éditorial et scientifique que nous espérons maintenir tout au long des pages qui suivent et des numéros à venir.

5Placé sous l’égide de « la reprise », ce numéro de Volume ! entend plonger au cœur de l’acte de création des musiques populaires, en approfondissant un thème qui, d’une façon inattendue peut-être au regard des poncifs sur la création esthétique, en questionne le contenu de vérité. Découvrant ce détournement d’un concept qui lui était cher (Warheitgehalt), Adorno en aurait probablement mangé son chapeau ! Nous ne pourrions alors que lui conseiller de s’installer confortablement dans son fauteuil, muni de cet exemplaire de La revue des musiques populaires, et de le lire, bien sûr, « at maximum volume ! ».

Mélanie Seteun

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Seteun, « 2002-2010 : « Read it at maximum volume! » », Volume !, 7 : 1 | 2010, 5-6.

Référence électronique

Mélanie Seteun, « 2002-2010 : « Read it at maximum volume! » », Volume ! [En ligne], 7 : 1 | 2010, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://volume.revues.org/876

Haut de page

Auteur

Mélanie Seteun

L’association Mélanie Seteun, fondée en 1998 par Marie-Pierre Bonniol, Samuel Étienne, et Gérôme Guibert, est l’éditeur de la revue Volume !, depuis sa naissance en 2002 (sous le titre « Copyright Volume !), ainsi que de plusieurs collections de livres, dont « Musique et Société », dédiée à la sociologie des musiques populaires.
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page