Navigation – Plan du site
Dossier

Creativity, Globalization and Music

Créativité, globalisation et musique
Martin Stokes
p. 30-45
Traduction(s) :
Créativité, globalisation et musique

Résumés

La théorie de la globalisation a été – bien qu’implicitement – fortement concernée par la question de savoir dans quelle mesure la globalisation accroît ou, à l’inverse, entrave la créativité culturelle. Les débats sur la world music relèvent de la même préoccupation. Ces débats – groupés ici autour des trois notions d’« Impérialisme culturel », d’« Hybridité » et d’« Authenticité » et des études de cas provenant d'Afrique du Nord et d’Afrique de l'ouest – montrent une anxiété persistante face à ce qui relèverait de « la vraie créativité » par opposition à « l'imitation », « la traduction », « la grisaille culturelle », ou « la bureaucratisation ». Ces catégories élaborées pour décrire les diverses sortes de transmission culturelle sont idéologiquement connotées, et reposent de manière assez évidente sur des valeurs esthétiques occidentales. Mais elles sont remises en question par de nombreuses nouvelles pratiques culturelles associées à la globalisation. Dans ce texte, je montre que la tâche du discours sur la world music consiste pour l’essentiel à exercer une contre-pression, dans le sens où il entretient certaines des caractéristiques essentielles de l’idéologie esthétique occidentale. Ma dernière étude de cas – une brève discussion de Charles Perrault dans le Parallèle des Anciens et des Modernes – nous rappelle que ce je décris ici comme « le discours de la world music » a une longue histoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Early Colonial Encounter
World Music
The distribution of creativity
Hybridity, migrancy and fusion: a critical perspective.
Conclusion: towards “creativity” in global perspective

Aperçu du début du texte

The poststructuralist assault on the author and the romantic myth of genius has greatly inhibited discussion of “creativity” in recent decades. At least, it has inhibited them in academic discussion, and particularly in the social sciences. Outside academia, the high values attached to “creativity” and the so-called “creative industries” in the struggling economies of the West have persisted (see Hesmondhalgh and Baker 2011). Some kind of critical engagement is necessary. I approach the matter in this article from the point of view of globalization and post-colonial theory.

The concept of creativity has a complex history. It is essentially an Enlightenment term. But it draws on classical conceptions of poesis and mimesis, later entangled with monotheistic theologies. In many of the monotheistic traditions, God alone is deemed capable of “creating’; man merely imitating. Sometimes these capacities were treated with suspicion, in the fear that the artist assumes powers at odds with ord...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Stokes, « Creativity, Globalization and Music », Volume !, 10 : 2 | 2014, 30-45.

Référence électronique

Martin Stokes, « Creativity, Globalization and Music », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://volume.revues.org/4561 ; DOI : 10.4000/volume.4561

Haut de page

Auteur

Martin Stokes

Martin Stokes is the incoming King Edward Professor of Music. He studied first music, then social anthropology at Oxford. He taught at The Queen's University of Belfast (1989-1997), The University of Chicago (1997-2007) and Oxford University (2007-2012). He was a Howard Foundation Fellow at the Chicago Humanities Institute in 2002-3.
He has been a visiting professor at Bogazici University in Istanbul on two occasions, and currently holds an honorary professorship in the Department of Arts and Cultural Studies at the University of Copenhagen. In 2013 he will be giving the Bloch Lectures at the University of California, Berkeley.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page